Nicolas Salagnac

Nicolas Salagnac fait chevalier de l’Ordre national du mérite

Le Préfet de la région Auvergne Rhône-Alpes, Michel Delpuech remet la médaille de l’ordre National du Mérite à Nicolas Salagnac, le 3 Mars 2016, 17h à la préfecture du Rhône.

Merite_National_Nicolas_Salagnac_IMG_5152

Merite_National_Nicolas_Salagnac_DSC_0095a
Merite_National_Nicolas_Salagnac_Mauduy_DSC_0213
Avec Jean-Paul MAUDUY, président de la CRCI de Rhône-Alpes.


Merite_National_Nicolas_Salagnac_DSC_0224Avec Thomas RUDIGOZ, Maire du 5ème arrondissement, Conseiller métropolitain délégué à la Politique de la Ville.


Merite_National_Nicolas_Salagnac_DSC_0090Avec Pierre ORSI et Guy GIRERD tout deux MOF cuisine en 1972 ; et Olivier COUVIN MOF cuisine 2015.

MOF_2015_DSC_0201
Pierre ORSI, Guy GIRERD, MOF 1972 cuisine ; Joseph VIOLA et Mathieu VIANNEY, MOF 2004 cuisine, Denis VERNEAU, MOF 2015 Sommelier ; Pierre PIGNAT, MOF 1955 et 1991 verrerie scientifique et artistique ; Olivier COUVIN, MOF 2015 Cuisine ; Christian BOURRILLOT, MOF 1968 cuisine et Christian JANIER, MOF 2000 Fromager Affineur et Président des MOF du Rhône.


Merite_National_Nicolas_SalagnacIMG_5183Avec Bergère DAYRE (une de mes anciennes élèves graveuses) ; Jean-Claude MARTIN, ancien collègue professeur bronzier d’art et professionnel à la retraite ; Aurélie MASSELIN, collègue Professeur bronzier d’art, ancienne élève de l’école Boulle ; Bernard FRIZZA, MOF 1997 bronzier d’art et Claude SEGUIN, ancien collègue professeur bronzier d’art et professionnel à la retraite.

Merite_National_Nicolas_Salagnac_Aldo_2016-03-03 19.05.58
Avec Aldo PEAUCELLE, restaurateur de tableaux à Lyon et ami depuis notre service militaire comme matelot au Musée de la Marine à Paris.

Merite_National_Nicolas_Salagnac_Sylvie_2016-03-03 19.09.22
Avec Sylvie RAZZINI, MOF 2000 en Esthétique manucure.

Nicolas_salagnac_Merite_National_2016-03-03 18.49.27

Retrouvaille avec Dimitri LEHAIRE, aujourd’hui commandant de gendarmerie à Lyon. Nous avions été ensemble au collègue à Aillant sur Tholon entre 1982 à 1985.

Nicolas_salagnac_Merite_National_2016-03-03 18.50.16

Avec Dimitri LEHAIRE, et mes frères et sœur : Benoit, Nicolas, Caroline et Pierre.

Et puis ma famille venue de Normandie, de Paris, de Toulouse et de Angers, merci à tous.

Merite_National_Nicolas_Salagnac_DSC_0221

Merite_National_Nicolas_Salagnac_IMG_5175Photographies de Michèle WOLFF principalement, merci Michèle.

Mes remerciements aussi aux différents services de la Préfecture pour avoir rendu possible cette belle cérémonie.

Le discours de Nicolas Salagnac :

Monsieur le Préfet, Mesdames et Messieurs les Elus, Monsieur le Président de l’Ordre National du Mérite du Rhône, Chers Amis Meilleurs Ouvriers de France, Chers collègues et collaborateurs, Chers Amis, chère famille…

Très ému. Touché en plein cœur. Me voilà comme çà devant vous, magnifiquement distingué. Waouh…. !

La médaille honore, remercie et fait vibrer l’esprit… Elle est aussi ma vie. Cette vie à modeler la matière. Cette vie à graver de toute mon âme une matrice d’émotions dans le cœur des autres… Alors quand le mien déborde ici de joie, de fierté et de reconnaissance, quel improbable et si précieux remake de l’arroseur arrosé. Que du bonheur… Merci, mais revenons.

C’est un très grand honneur de recevoir de vos mains, Monsieur le Préfet… cette médaille… qui me fait Chevalier dans l’ordre National du Mérite… Je suis très honoré que vous ayez accepté d’être mon parrain pour cette remise. Merci pour vos paroles valorisantes à mon égard, ici sous les ors de la République Française. Cette reconnaissance qui m’honore aujourd’hui, je la dois à mon métier, à mon engagement qui m’ont toujours animé avec passion et persévérance.

Cette distinction que vous venez de m’épingler, aura été une belle surprise. C’est Gabriel Paillasson qui le premier me félicite.

Quelques mots pour vous planter le décor de mon arbre familial. Nous voyons le jour en terre Viking. Nos racines sont plantées entre la Corrèze limousine et la Normandie. Quatre enfants, avec une sensibilité artistique notable.
Une caractéristique peu courante, nous sommes tous passés par l’école Boulle. Aujourd’hui encore, tous impliqués dans les Métiers d’art et la création.

Caroline est agrégée. Elle enseigne et forme les artisans d’art créateur de demain, et vous savez où ? A l’école Boulle

Pierre est responsable de l’atelier Charles, création de luminaire haut de gamme, une Maison parisienne plus que centenaire

et Benoit est depuis peu directeur artistique chez Atmosphère Communication à Angers. Je dois à Benoit la création de mon site internet qui est chouette, allez voir… Merci Benoit.

Un grand merci aussi forcement, à nos parents Daniel et Fanette qui nous permettent de faire nos études à Paris et de sortir du nid familial à 15 ans.

A cinq ans, une phrase me marque à vie. Mon grand-père ébéniste, me dit : « quand tu seras grand, tu iras à l’école Boulle ». L’école et moi, c’est pas le grand amour. En fin de 3ème je réagis, je tente et réussi le concours pour pousser les portes de la fameuse école Boulle. Je m’engage alors dans les métiers d’arts.

Après l’école plusieurs patrons à Paris puis à Lyon. C’est là que je rencontre Claude Cardot, MOF graveur en 72. Tous ses travaux sont pour moi une source d’inspiration – merci Claude. Il me pousse à passer des concours. Je tente les concours de graveur de la Monnaie de Paris sans y parvenir. J’enchaîne en 97, avec le concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France ».

Ma réussite à ce concours est un tremplin. Je m’installe à mon compte. Mon premier atelier et mon premier toit sont dans mon cagibi. Belle vue sur la Saône, c’est juste, petit. C’est alors que le bureau des MOF du Rhône me propose, de m’installer sous le toit de l’Espace Paul Pignat, à la Croix-Rousse. Merci Louis Blancard, alors président des MOF du Rhône et aux membres du bureau pour cette aide qui me lance réellement.

Puis avec Libellule, nous sommes les premiers locataires de la pépinière d’entreprises de l’Association « Lyon Croix-Rousse Métiers d’art », mon troisième toit – merci François Simon-Fustier.

Et puis, un ami, artisan d’art de prestige me propose de partager son toit. J’emménage et prend une petite place dans son atelier. Nous sommes à Villeurbanne, chez Charles Jouffre, Tapissier de renom. Je pose enfin mes valises, je trouve de la stabilité et une âme. Ici vont naître quelques belles médailles – merci Charles.

Etre à son compte c’est avoir des commandes, forcement.
Merci à mes clients qui me font confiance, sans eux mon chemin s’arrête.

Mais rassurez-vous, je ne vais pas vous les citer toutes, Mr le Préfet vous a donné un bel aperçu, et plutôt que de vous en parler, je préférerai vous les montrer.

Alors faisons simple, ma première commande : la médaille de la mairie du 2ème arrondissement de Lyon à la demande de Mr Broliquier, merci Mr Le Maire. Et l’une des dernières : la médaille du Comité International des Sciences Historiques pour l’ONU.

Merci à Lucette Lacouture alors Présidente de la Société des membres de la Légion d’Honneur du Rhône ; Olivier Girerd, président de Lugdunum-Florentia pour m’avoir confié la création de leur médaille.

Merci à Eiffage Construction Rhône-Alpes qui depuis 2004 me commande des médailles comme cadeaux de fin d’année, et particulièrement Raymond Gallet alors directeur général. Nous venons de lancer un nouveau triptyque de médaille du Grand Hôtel-Dieu.

12 créations à ce jour, toutes accompagnées d’un livret, merci aux collaborateurs fidèles : Bruno Benoit ; Roland Saussac ; Jean-Pol Donné président du cercle lyonnais de numismatique ; François Planet, conservateur du médaillé du Musée des beaux Arts de Lyon… merci à tous.

Savoir faire est un bon début encore faut-il le faire savoir.
« Volonté de fer et taille d’acier » est le titre de mon premier article dans Lyon Cité, en juin 98 (nous ne sommes pas encore champion du monde…). Ecrit par Fréderic Guignard-Perret, un premier article qui compte pour moi, merci Fréd.
Et puis dernièrement sur RCF un reportage de Thierry Lyonnet, sur mon métier, ma passion, merci Thierry.

En plus de mon activité professionnelle, je m’implique.

En 2001, j’entre au bureau des MOF du Rhône pour prendre en charge la com… Ainsi, je poursuis le travail de Robert Guiot-Desvarenne MOF 55. Tel un journaliste, il allait voir chaque MOF pour concevoir et éditer le bulletin des MOF du Rhône.

S’occuper de la com c’est du temps, oui, mais cela me permet de connaître chaque MOF, presque comme notre Pierre Pignat, mémoire de notre société. Quelle richesse !

Notre navire des MOF du Rhône est depuis 2007 sous la présidence de Christian Janier. Merci Christian pour le cap que tu nous donnes et que tu tiens. Ton implication est sans failles et nous qualifie tous – merci à toi.

L’art de la médaille française a perdu de sa superbe. Pleurer ne sert à rien, je préfère remonter mes manches…

De tout temps, l’Homme cherche à laisser une trace de son passage. Les médailles sont des marques profondes qui jalonnent l’histoire et la culture du monde.

La France, une référence mondiale pour l’art de la médaille avait une communication florissante sur les médailles et les graveurs jusqu’aux années 70 mais elle n’est pas passé à l’air du numérique. Alors faire des articles en ligne sur des graveurs d’hier et d’aujourd’hui fait sens.

Impliqué aussi pour la Fédération Internationale de la Médaille d’Art, fondée par la France en 37. Avec Sylvie de Turckheim Pey, déléguée pour la France, nous consacrons de l’énergie pour mettre en valeur les créations françaises en médaille.

Je voudrais conclure, avec un point important à mes yeux : la transmission.

Je repense souvent à cette pub : « … C’est pas comme ça que vous réussirait Guy Degrennes… », vous vous rappelez ? L’école Boulle m’a sortie de l’ornière, je dois beaucoup à Pierre Mignot mon prof d’atelier.

Former aujourd’hui des spécialistes dans leur tour d’ivoire est dépassé. Formons plutôt des hommes et des femmes de bonne volonté et ouverts.

Aujourd’hui bousculé par le marketing, la rentabilité, les fanatismes… nous devons réaffirmer et construire une vision du monde, une culture, créer des points de vues et des valeurs fortes. Certes la barre est haute.

Sortir les graveurs de leur petit monde merveilleux, les remettre ensemble, avec les Meilleurs Ouvriers de France, les professionnels, les passionnés et les écoles qui forment des graveurs fait sens aussi, non ?

La charte des MOF, ligne 7 nous dit : Être avec simplicité et modestie, le médiateur de l’échange et de la transmission de ses connaissances.

Alors, quand en 2004, le lycée Ferdinand Fillod de Saint-Amour- Jura ouvre une formation de gravure en modelé en parallèle de l’école Boulle, je choisi de partager mon temps professionnel.

Fier d’avoir initié 41 jeunes à la gravure en modelé.

Sont ici ce soir Madame Giraudeau, proviseur du lycée Fillod, des collègues et anciens collègues : Aurélie, boulliste aussi (comprenez ancienne élève de l’école Boulle, bien sur), Jean-Claude Martin, Claude Seguin et trois anciens élèves – merci de votre présence.

Bergère, une de mes trois premières élèves. Par deux fois, elle m’a aidé sur des médailles liées à la montagne qu’elle aime tant. Dernière création, la médaille du chef Emmanuel Renaut, MOF 2004, au Flocons de Sel de Megève – merci Bergère.

Et puis Kévin et Baptiste, deux compères curieux et travailleurs. En 2014, ils passent le concours MAF, en gravure, et aussi en ferronnerie d’art pour Baptiste et en ciselure pour Kévin. Médaillé d’or national, Kévin c’est vu remettre sa médaille d’or nationale au Sénat, des mains de Gérard Desquand, ici présent, graveur héraldique MOF 79, Maître d’Art et président de l’INMA. Il est aujourd’hui graveur chez Bréguet Horloger en Suisse. Baptiste Haut Savoyard travaille chez un patron en métallerie.

L’an dernier, Marcy Leawitt directrice d’un concours International de 23 ans : « Student Medal Project » me pousse à faire concourir des étudiants français à la création de médaille. Deux prix en 2015 pour l’atelier de gravure du Lycée Fillod pour sa médaille « Je suis Charlie », suite à cette barbarie et pour Lucie Pobel, avec sa création « Aqua ». Cette année, avec deux lycées jurassiens et un lycée lyonnais nous avons envoyé 10 médailles au British Museum pour notre deuxième participation. Un bel échange et un partage de savoir-faire qui fait sens encore.

La transmission est primordiale.

Ils me donnent du fil à retordre, mais je suis fier de mes élèves, merci à eux.

Voilà mes racines, mon travail, mes élèves, mes passions… Avant de refermer ce discours un grand merci aussi à ma famille de Lyon : Delphine ma femme et nos deux enfants Léonard et Anouk qui m’accompagnent et partagent ce chemin pas toujours simple. Mes enfants ne seront pas forcement graveur. Impossible de comparer nos résultats scolaires, je suis dépassé, qu’ils tracent leur propre voie. Je vous aime.

Merci de votre attention, pour cette émotion partagée ensemble, bonne soirée et place à la nouvelle promotion de Meilleurs Ouvriers de France du Rhône.

Cérémonie pendant laquelle, le préfet remet aussi le diplôme aux nouveaux MOF de la promotion 2015 du Rhône :

MOF_2015_RHONE_DSC_0190a

De droite à gauche, en haut : Pierre PIGNAT, commissaire adjoint ; Michel DELPUECH, préfet de la région ; Nicolas SALAGNAC, commissaire adjoint ; Olivier COUVIN – cuisine, gastronomie ; Denis VERNEAU – sommellerie ; Sébastien DE CILLIS – impression sur tissus ; Thierry QUATTROCIOCCHI – impression sur tissus ; Geoffrey BESSON – impression sur tissus.

En bas : Alain LE NY, commissaire adjoint ; Fabien BOURGUIGNON – couverture-ornemaniste métallique ; Béatrice GARRANAS – soufflage du verre au chalumeau ; Sébastien ALLARY – coiffure ; Laetitia MAGALHAES – dessinateur pour textiles et papiers peints ; Teidy GUERINONI, staff plâtrerie ; et Christian JANIER Commissaire du Rhône.

MOF_2015_DSC_0116

MOF_2015_PREFET_DSC_0123Christian JANIER remercie le Préfet de nous recevoir à la Préfecture du Rhône et présente la nouvelle promotion de Meilleurs Ouvriers de France du Rhône.

Il offre au Préfet le livre ABSOLU, livre des 60 ans des MOF du Rhône.

Puis Pierre PIGNAT développe un peu le parcours ce cette nouvelle promotion.MOF_2015_DSC_0125

Merci à tous pour cette très belle soirée.

Article du Progrès de Florence Fabre : lien.