Nicolas Salagnac

Nicolas Salagnac : le graveur du Président de la République Française. Monnaie magazine

Monnaie magazine – décembre 2008 – © François BLANCHET

Graveur Médailleur à Lyon, Meilleur Ouvrier de France, Nicolas Salagnac n’est âgé que de 39 ans. Comme quoi la valeur n’attend pas toujours le nombre des années… En effet, il a été choisi par le Président de la République, Nicolas Sarkozy, pour la création de sa nouvelle médaille. Sortie officiellement le 12 septembre dernier, cette médaille a été remise par le Président Sarkozy, au Pape Benoît XVI, lors de son voyage à Paris. Nicolas Salagnac a ainsi laissé son empreinte, dans les plus hautes instances de la République Française.

Installé dans la ville de Lyon, où fut frappée il y a plus de 5 siècles, la première médaille française, Nicolas Salagnac se bat pour que la chaîne des graveurs ne s’interrompe pas. Ce métier, parmi les plus vieux du monde, doit perdurer.
Alors, quand le 15 septembre 2007, il a reçu de l’Elysée, une « carte blanche » pour faire des propositions pour créer la médaille du Président, il se mit immédiatement au travail. En étroite collaboration avec le cabinet de Nicolas Sarkozy, il a d’abord fait naître la médaille sous le crayon, à l’aide de croquis.
Elle représentera à l’avers, le célèbre Palais de l’Élysée, et au revers, les valeurs de la France.
Une fois les motifs de l’avers et du revers arrêtés, Nicolas Salagnac a entamé les sculptures en bas-relief de chacun des motifs. Puis, d’empreintes en contre-empreintes en plâtre, travaillées et gravées à la main, le motif a pris forme. Le modelé final fut moulé avec une résine, pour servir de gabarit de reproduction de ses formes, sur un bloc d’acier. Le bloc d’acier fut positionné sur un tour à réduire à gauche, et l’empreinte en résine de sculpture, fut fixée à droite. Ainsi réglé, l’usinage pouvait commencer…

UNE GRAVURE « À LA MAIN »

L’étape la plus longue et la plus précise, fut dirigée par un « palpeur » qui a suivi l’ensemble de la surface de la sculpture, et reproduit les formes rencontrées sur le bloc d’acier avec un outil de coupe, afin de graver tous les détails. Enfin, le graveur est venu supprimer toutes les traces du passage de la machine sur la matrice. Cette étape se fait avec des burins frappés au marteau, des échoppes, des ciselets, des traçoirs…
Nicolas Salagnac a ainsi redessiné et souligné les lignes de force des motifs.
C’est la finition « à la main », lors de laquelle le graveur donne son « coup de patte », et par la même, donne vie à la future médaille.
C’est ainsi que le 15 juin dernier, après un long travail, Nicolas Salagnac a pu livrer à l’éditeur ses matrices terminées.
Elles ont ensuite été placées sur une presse de 1600 tonnes, et elles ont ainsi marqué médaille par médaille, les flans d’argent et de bronze. Après cette phase d’estampage, les médailles ont été usinées au format carré, puis patinées. Ce n’est qu’à la fin de ce long processus, et en respectant toutes ces étapes, que naît véritablement la médaille.

LE RESPECT DE LA TRADITION

Cette médaille carrée, de 90 millimètres de côté a été créée et réalisée dans le respect de la tradition. L’avers représente la façade de l’Élysée, Palais des Présidents de la République depuis 1874. La représentation fut régie suivant des lignes dynamiques, en perspectives volontairement accentuées.
Dans l’axe, flotte par deux fois le drapeau de la France. Sur la droite, tel un cachet de cire, le faisceau des licteurs à tête de lion, est l’empreinte des armes de la République Française. Le texte « Nicolas Sarkozy, Président de la République française », apparaît en bas. Le nom du graveur est lui, inscrit en bas à gauche. Le revers de cette médaille évoque les valeurs de la France. Le drapeau plein cadre, libre et vigoureux, flotte et rayonne. « Les volumes s’assemblent et forment du mouvement, de l’allant, de la vie », précise Nicolas Salagnac. Et il enchaîne : « ce souffle vivant, cet élan, cohabitent avec les étoiles de l’Europe ».
Les textes « Liberté, Egalité, Fraternité, République Française » sont inscrits en bas. Les initiales du graveur, ainsi que la date de ce travail en chiffres romains, sont mentionnées en bas à droite du drapeau.
Désormais, la médaille gravée par Nicolas Salagnac, sera remise par le Président Nicolas Sarkozy, à des personnalités du monde entier lors de ces différents voyages, et lors des réceptions à l’Elysée. Il s’agira du cadeau officiel de la France ! Dans son atelier de Lyon, nul doute que Nicolas Salagnac sera très fier d’avoir rejoint le cercle très fermé, des graveurs de la République…