Nicolas Salagnac

25ème concours MOF en gravure en modelé

C’est la dernière ligne droite pour nos trois candidats au 25ème concours MOF en gravure en modelé.

Les travaux sont à remettre à l’école Boulle à Paris, avant le 7 Mars 2015, jour du jury MOF – Groupe 13 : gravure – Classe 1 : gravure en modelé et héraldique.

Les candidats ont un sujet imposé et un sujet libre à rendre, soit : pour les deux sujets imposés possibles :

Sujet imposé : gravure en modelé – médaille ou gaufrage

3 - concours OF grqvure 25Sujet imposé : en taille directe pour l’édition d’une médaille ou d’un gaufrage, (voir document ci-dessous) : Saint-Jean, évangéliste, de Jean Goujon. Musée du Louvre. (Ici photographie personnelle).

Dimensions de la plaquette : 80 x 53,5 mm hors tout.

Sur l’original, il y a une frise en cadre (ne pas en tenir compte).

Photo sur le site RMN : http://www.photo.rmn.fr/LowRes2/TR1/L4UMQ8/13-556637.jpg

Exécution : la réalisation d’une gravure en plaquette par des techniques manuelles, en taille directe, en creux ou en relief dans l’acier pour une médaille ou en laiton pour un gaufrage, du sujet ci-dessus.

Ce bas relief est visible au Louvre, Aile Richelieu ; rez-de-chaussée ; Jean Goujon ; Salle 14.

Acquis en 1850. Département des Sculptures. Pierre originale : H. : 0,79 m. ; L. : 0,56 m. ; Pr. : 0,11 m.

Reliefs du jubé de Saint-Germain-l’Auxerrois. Le jubé de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois a été exécuté par le maçon Pierre de Saint-Quentin, sous la direction de l’architecte Pierre Lescot. À la suite du contrat passé entre le sculpteur et les marguilliers le 12 janvier 1544, Jean Goujon réalisa la sculpture du parapet : quatre petits reliefs, régulièrement espacés, figurant les évangélistes, et la grande composition centrale, considérée comme une “Notre-Dame de Pitié”, selon les témoignages contemporains, qui est plus exactement une Déploration du Christ.
Le jubé fut détruit en 1745 et les reliefs réutilisés diversement avant leur entrée au Louvre.

Sujet imposé : Composition et exécution d’une armoirie gravée à la main, en creux sur laiton sans l’aide de poinçons.

Le blasonnement est le suivant :

de gueules au vaisseau équipé d’argent, soutenu d’une mer du même ; au chef d’azur, semé de fleurs de lys d’or sans nombre ;

l’écu posé sur un cartouche, le tout timbré d’une couronne murale maçonnée de quatre tours ;

lesdites armoiries tenues de part et d’autre par un griffon et une muse ;

une devise dont le libellé est : « Fluctuat nec mergitur ».

 

Chaque candidat devra matérialiser cette phrase par le dessin, restant fidèle au descriptif. Le cartouche et la forme de l’écu sont laissés libres, afin de laisser de la créativité pour la réalisation de ces armoiries.

Dimensions de l’armoirie : diamètre 35 mm.

&

Sujet libre – épreuve de composition

 Sujet libre : Choisir un sujet parmi l’un des trois thèmes suivants :

1° – La belle et la Bête

2° – La musique.

3° – L’odyssée d’Ulysse.

Bon courage aux candidats pour terminer ce travail et cet investissement. Merci aux membres du jury.

 

Nicolas Salagnac
Président du 25ème concours Meilleurs Ouvriers de France en gravure en modelé, héraldique.