Nicolas Salagnac

Premier concours français pour promouvoir l’art de la médaille en France, par et pour des jeunes

Fier de vous présenter ici trois créations en médaille de trois jeunes gens : Laurence-Marie Petitjean, Maiwen Nénez, et Nicolas Tronche, qui répondent à ce premier concours pour « promouvoir l’art de la médaille en France, par et pour des jeunes ».
Bravo à ces jeunes gens pour avoir été au bout et finalisé par une médaille, vous montrez de nouvelles voies, même si entre l’idée posé sur le papier et la réalisation, la gravure du métal, de la matière… Apporte quelques soucis, contraintes, et difficultés…
Concours soutenu par la Fondation Oscar Roty. Les trois médailles sélectionnées ont été envoyées à Tokyo, Japon, pour être exposées en Octobre 2020 dans le cadre du congrès international de la FIDEM qui réunira l’ensemble des créations mondiales en médaille.

 

 

 

 

 

 

Laurence-Marie PETITJEAN, Saint-Lothain (Jura) est une de mes anciennes élèves en gravure en modelé du LP Fillod – Saint-Amour. Elle a poursuivi sa formation à l’école Boulle.


Création d’une médaille sur : Quintessence minérale
médaille créée en laiton et ardoise, format 10 mm x 150 mm x 150 mm.

La médaille est une approche sensible de toutes pierres confondues et leurs philosophies qui les accompagnent. J’aborde la pierre dans son état brute et naturel, son esthétique érodée par l’usure du temps et dans un paysage de montagnes par des principes d’estampes et peinture asiatiques.
Érosion
La première vue que l’on à de la médaille réalisée est celle d’une forme ronde dans le principe avec des cavités sur le tour. La face insiste sur l’effet d’érosion de la pierre.
La face que l’on découvre en premier est une gravure en bi-matière.
La base de la médaille est le laiton marqueté par ardoise pour donner un effet accentué de l’érosion dans un
graphique abstrait.
Le cadre d’ardoise reprend l’expression de la pierre de lettré, le but est de créer le dynamisme de l’usure de l’eau. L’ardoise donne la forme circulaire érodée de la médaille.
A l’intérieur j’ai voulu représenter de façon épurée un paysage de montagne qui se déforme circulairement. L’incrustation d’ardoise apporte une diversité des textures.

Paysage
Le paysage de montagne a été la première série de croquis. Il reprend les principes de l’esprit artistique asiatique des estampes et des peintures.
– Respecter le vide et le plein
– Mettre la montagne la plus haute au 1/3
– Respecter les vides dans le dessin
– Reprendre un graphisme qui correspond au mieux des peintures.
Les nuages permettent de décrocher et de faire ressortir la montagne du reste de la surface.
La montagne reprend la quintessence du ciel et de la terre, elle est la représentation par excellence de la beauté naturelle de la pierre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Maiwen NÉNEZ, Montreuil-le-Gast (Ille et Villaine), Bretagne.
Ancienne élève en hoen design LP Jacques Duhamel de Dôle et toute jeune artisane en horlogerie.

 

Création d’une médaille : Respectons l’eau, les océans – médaille créée avec plusieurs métaux : argent, cuivre, bronze, et émaux grand feu.

L’avers présente la richesse et la fragilité de la vie sous-marine avec deux tortues vertes, des récifs coralliens et une baleine bleue.
Le revers, invitation à l’exploitation responsable et au partage respectueux de l’océan. Les voiliers symbolisent cette idée du fait de leur faible impact environnemental.


 

 

 

Nicolas TRONCHE, Chevigny Saint Sauveur, Côte d’or. Élève du Lp Henry Moisand, de Longchamp – Art design et céramique.

Création d’une médaille : 75ème blancheurmédaille créée en Porcelaine (céramique) diamètre 84mm, épaisseur 8.4mm.

Cette médaille est un hommage aux victimes de la bombe nucléaire ayant frappé la ville d’Hiroshima le 6 Août 1945.
L’année 2020 symbolise les 75 ans de ce drame. Le côté Recto représente le Japon en relief sortant de l’eau, montrant qu’il est toujours debout, accompagné des 75 années qu’il n’oubliera jamais (ici, le nombre «75» est écrit en japonais). Le côté Verso représente la ville d’Hiroshima, délimité par le bord de la médaille qui représente le cercle atomique. Cet aspect fait apparaitre la ville comme fragmentée par les évènements.

La médaille est en porcelaine blanche symbolisant la lumière éblouissante de la bombe.

Merci à ces trois premiers participants à ce premier concours de promotion de l’art de la médaille en France, par et pour des jeunes, soutenu par la fondation Oscar Roty.