Nicolas Salagnac

Bernard TURLAN, Maître graveur en médaille

Bernard Turlan devant sa présentation de médaille en 1981, au Grand-Palais, il est médaille d’argent, au salon de la Société des Artistes Français. Il sera médaille d’or en 1988.

Né le 11 Novembre 1932 à Athis-Mons, Essonne. Ils sont deux frères.

Au lycée, il est orienté vers un métier manuel, car peu enclin à s’engager vers de longues études. À 16 ans, Bernard Turlan entre alors à l’école Boulle. Il pense être ébéniste, mais les quelques places sont très convoitées. Chaque élève doit faire un stage d’initiation dans les diverses spécialités de l’école. Dans les ateliers du métal, il obtient un bon résultat en gravure sur acier. L’atelier, les gestes, le travail de précision lui plaisent.

De Octobre 1948 à Juin 1952, il va être apprentis graveur sur acier dans l’atelier de Mr Cannée. 4 ans de formation pour obtenir le diplôme de l’école nationale supérieure d’Arts Appliqués à l’ameublement, Boulle.

De Septembre 1952 à Octobre 1952, travaille comme graveur en Orfèvrerie chez les Établissements L. Bernard, 3, cité d’Angoulême, Paris XI.

D’Octobre 1952 à Mai 1953, travaille comme graveur sur acier, pour réaliser des matrices d’estampages pour la bijouterie fantaisie, chez les Établissements Émile Pire, 32/34, rue Fontaine au Roi, Paris XI.

Mai 1953 à Septembre 1954, service Militaire en Allemagne.

D’Octobre 1954 à Mars 1955, retour aux établissements Émile Pire.

Mars 1955 à Juin 1956, travaille comme graveur de moules métalliques pour les Établissements Gaston Glade, 37, allée des Marguerites Bois-Fleuri Par Villeparisis (Seine et Marne).

Juin 1956 à Décembre 1956, rappelé pour le service militaire au Maroc à la frontière avec l’Algérie.

Janvier 1957 à Octobre 1963, retour chez Établissement Glade.

Novembre 1963 à Juillet 1969, graveur sur acier, réalisation de matrices pour tout sujets : jouets, portraits… chez Établissements l’Atelier de Gravure, 23, rue Pétion Paris XI.

En septembre 1969, après un échec précédemment, Bernard Turlan réussi le concours d’entrée à la Monnaie (difficile, 24 heures d’épreuve : poinçon de lettre, frappé de poinçon de lettre, restauration d’un poinçon historique, taille directe, dessin divers, champlever monétaire…) et obtient au sein de l’Administration le grade de Maître – 11, Quai de Conti Paris VI.

Membre du jury, section gravure acier, appelé chaque année pour évaluer les élèves graveurs de l’école Boulle pour le CAP et le DMA, avec Pierre Mignot, le professeur d’atelier.

Désigné par l’Administration des Monnaies pour assurer les fonctions de professeur de gravure au centre de formation d’apprentis de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie, 58, rue du Louvre Paris II.

Fonctions assurées une matinée par semaine de Juillet 1979 à Octobre 1986.

La spécialité de Bernard Turlan est la taille directe.

Une commande de médaille est dans un premier temps traité par l’administration, et le service commercial. Les commandes avec un dossier composé d’images, de dessins et un descriptif est donné au graveur général de la Monnaie qui redistribue les créations à l’atelier de gravure, auprès de 11 graveurs…

Bernard Turlan aura travaillé avec Raymond Joly, grand Prix de Rome en 1942, graveur général de 1947 à avril1974. « Plein d’empathie, relation humaine bienveillante et enrichissante, un grand personnage ». À la fin de l’année 1958, Raymond Joly devient le 24e graveur général des monnaies, succédant à Lucien Bazor qui prend sa retraite. Il choisit la chouette comme différent.
Raymond Joly dit : « Depuis Marc Béchot en 1547, les Graveurs Généraux ont tous ce que l’on nomme un « différent », signe symbolique permettant de reconnaître l’authenticité des monnaies. Ce signe est généralement placé à droite du millésime de la pièce. À gauche, c’est toujours une corne d’abondance, le signe de l’Administration des Monnaies.
Pour ma part, j’ai choisi la chouette ; le sujet de mon prix de Rome étant Athéna combattant le géant Encelade, j’ai pensé que l’utilisation de son symbole s’imposait. De plus cet emblème est aussi celui de la sagesse et de la faculté de voir clair dans l’obscurité. Je décide donc de graver ce symbole en creux dans l’acier, ce qui me permet de « clouer » dans l’aile de la chouette de tout petits poinçons à main aux motifs décoratifs variés. Malgré l’énorme réduction, (de 33 mm à 2 mm), cela donne un modèle difficile à reproduire. »

Puis Émile Rousseau, Grand Prix de Rome en 1957. Nommé Graveur général des monnaies, en avril 1974, il se choisit pour différent un dauphin qui ornera toutes les monnaies entre 1974 et 1994, terme de son poste. Il fut le dernier Graveur général des monnaies de France issu depuis 1880 du recrutement parmi le concours au prix de Rome des artistes-graveurs sur acier.

Et pour finir avec Pierre Rodier, du 23 février 1994 au 28 février 2001, il fut le dernier Graveur Général des Monnaies de France recruté depuis 1880 parmi les lauréats du concours au prix de Rome des Artistes Graveurs sur acier.
Il se choisit pour différent une abeille.

Bernard Turlan prend sa retraite en janvier 1997.

Bernard Turlan, distinctions :

Médaille d’argent en 1981 au salon de la Société des Artistes Français, Grand-Palais des Champs Elysées.

Médaille d’or en 1988. Grand Prix du salon de la Société des Artistes Français, Grand-Palais des Champs Elysées.

 

Quelques unes de ses Médailles :

Année : 1971 Titre : « Le Louvre et la IIIème République »
Face et revers ; Diamètre : 81 mm.
Matière : bronze frappé. Sujet donné par la direction, gravé à domicile et signé. Cette médaille s’inscrit dans une série intitulée Le Louvre qui fixe les différentes étapes de la construction de l’ensemble Monumental à travers les époques. Première étape vers 1190 sous Philippe Auguste qui fit construire un château dont on conserve les Vestiges. Hector Lefuel est lauréat du prix de Rome en 1839 avec un projet d’Hôtel de ville, il est pensionnaire de la Villa Médicis de 1840 à 1844. A partir de 1861, Napoléon III, le charge de mener à bien la nouvelle tranche de travaux de l’ensemble Louvre-Tuileries.

Année : 1972 Titre : « Le kangourou»
Face et revers ; Diamètre : 77 mm
Matière : bronze frappé. Sujet proposé par Bernard Turlan et accepté. Gravé à domicile et signé.

 

Année : 1974 Titre : « Ville Jumelées »
Face et revers ; Diamètre : 72mm
Matière : bronze frappé. Médaille pour toutes les villes jumelées, choisie par Monsieur Dehaye (concours interne). Gravée à domicile et signée.

 

Année : 1980 Titre : Médaille de vœux
Face et revers ; Diamètre : 100 mm
Matière : bronze frappé. Médaille de vœux choisie par le directeur de la Monnaie, Monsieur Pierre DEHAYE à l’issue d’un petit concours interne au sein de l’atelier de la gravure. Matrice gravée en taille directe à son domicile et donc signée : Bernard Turlan.

Année : 1982 Titre : «Manpower»
Face et revers ; Diamètre : 100mm.
Matière : bronze frappée. Manpower commande sa médaille à la Monnaie et Monsieur Émile Rousseau, graveur général, confit l’exécution en taille directe à Bernard Turlan, gravée à domicile et signée.
Petite anecdote : une taille directe du fameux dessin de Léonard de Vinci : l’Homme de Vitruve. Le cercle et le carré, sont fait d’un trait à l’onglette… très belle qualité de coupe, cercle parfait… On ferai comment aujourd’hui… ?

Année : 1984 Titre : «Louis Toffoli» hommage de la ville de Charenton-le-Pont.
médaille en bronze, édition de la Monnaie de Paris, 68 mm.
La ville commande la médaille à la Monnaie et Monsieur Émile Rousseau, graveur général, confit l’exécution en taille directe à Bernard Turlan, un bon relief est exigé.

Bernard entre en contact avec Louis Toffoli, chez lui à Charenton le Pont pour prendre des photos et s’imprégner de son œuvre. Après acceptation de la médaille par l’Hôtel de ville et le peintre, celui-ci fait don au graveur de deux belles sérigraphies sur la maternité. Gravure effectuée à domicile et signée.

L’Amitié, 1986 Les rondes que forment les hommes réunissent les continents et les civilisations pour une paix à venir, médaille en bronze, édition de la Monnaie de Paris, 47 mm, 205 g.

Année : 1988 ; Thème : La Gastronomie. « Dis moi ce que tu manges, je te dirai ce que tu es »
Face et revers ; Diamètre : 95 mm.
Matière : bronze frappé. Médaille de vœux choisie par le directeur de la Monnaie, Monsieur Pierre DEHAYE à l’issue d’un petit concours interne au sein de l’atelier de la gravure. Matrice gravée en taille directe à son domicile et donc signée : Bernard Turlan.

 

Année : ? Titre : « Nicolas Berchem, peintre et graveur Hollandais»
Face et revers ; Diamètre : 72mm
Matière : bronze frappé. Sujet proposé par Bernard Turlan et accepté. Matrice gravée en taille directe à son domicile et donc signée : Bernard Turlan.

Année : ? Titre : « Mutuelle Nationale Militaire»
Face et revers ; Diamètre : 67mm
Matière : bronze frappé. Une commande de la Mutuelle qui fournit un dessin (à retoucher). Gravée à l’atelier.

Année : ? Titre : « Plâtre Pasteur »
Matière : plâtre. Étude du modelé, sans suite.

 

 

 

Année : ? Titre : « Clinique des Essarts »
Diamètre : 65mm
Matière : bronze frappé. La clinique passe commande à la Monnaie de la création d’une médaille illustrant le traitement mental de ses malades. Exécution à l’atelier, réalisée au départ en modelage d’un diamètre de 200 mm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Monnaies de collection :

Année : 1993 Titre : « Monnaie collection, La Vénus »
Face et revers ; Diamètre : 37mm
Matière : argent frappé. Modelage à l’atelier en 110 mm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Année : 1994 Titre : « Winston Churchill », monnaie de collection.
Face et revers ; Diamètre : 37mm
Matière : argent frappé. Réalisation initiale en modelage d’un diamètre 3 fois plus grand = 110 mm. Matrice obtenue de 37mm au tour à réduire.

 

 

 

 

 

 

 

Année : 1994 Titre : « Monnaie collection, Dwight David Eisenhower »
Face et revers ; Diamètre : 37mm
Matière : argent frappé. Modelage à l’atelier en 110 mm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Année : 1995 Titre : « Monnaie collection, 100 ans du Cinéma, Léon Gaumont »
Face et revers ; Diamètre : 37mm
Matière : argent frappé. Modelage à l’atelier en 110 mm.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Année : 1996 Titre : « Monnaie collection, Le Penseur »
Face et revers ; Diamètre : 37mm
Matière : argent frappé. Initialement réalisé en modelage trois fois plus grand dans un diamètre de 110mm et effectué à l’atelier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dessin sur calque. Marc Etienne Quatremère.
Étude dessinée sans suite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Fontes :

Année : 1977 Titre : « Charles FOURBE, Maître Graveur »
Diamètre : 140 mm.
Matière : fonte de bronze. Création personnelle pour le départ en retraite de Charles Fourbé, Maître Graveur.

Année : 1980 Titre : « Antoine Turlan (grand-père de Bernard)»
Diamètre : 152mm
Matière : fonte de bronze. Portrait réalisé à titre personnel, à domicile, en modelage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Note personnelle de Nicolas Salagnac

La première fois que je rencontre Bernard Turlan c’est à l’école Boulle dans l’atelier de Pierre Mignot, mon professeur de gravure en modelé entre 1985 et 1990. Bernard Turlan est membre du jury au CAP et au DMA.

Je me souviens de son allure, comme Mr Mignot, petit bouc moustache, cravate, sobre et strict, avec un regard affuté.

La deuxième fois, entre les années 1996 et 1997, quand par trois fois, j’ai tenté le concours de graveur de la Monnaie, 24 heures de concours, du dessin, et de la gravure en tout genre : la lettre, poinçon, frappe de poinçon de lettre ; restauration de poinçon historique ; champlevé monétaire ; taille directe…

Première tentative, ratée, pour la deuxième, je viens voir avant les graveurs de la Monnaie pour avoir des conseils, je rencontre Bernard Turlan qui m’explique et me montre le champlevé monétaire… C’est pas compliqué, c’est technique… je penses avoir progressé sur ce point mais pas suffisamment pour réussir le concours… Merci pour les explications.

Et une troisième fois, j’étais sur le concours MOF en graveur sur acier. Le sujet imposé est une taille directe d’un visage de face… Je suis venu trois fois chez Bernard qui m’a accueilli chez lui le samedi ou le dimanche. Il me demandait d’apporter mes outils : burins, onglettes, ciselets, mats, traçoirs…, il les analysait et me conseillait de faire des outils intermédiaires, méplats, polis, satinés, mats… Il me montrait ses outils.

Et puis l’analyse du visage, des techniques de gravure pour atténuer la sécheresse occasionnée par mes coups d’outils, sur ce visage délicat. Des exemples, des méthodes et surtout le partage d’une passion la gravure en modelé, la taille directe dont il est un maître.

Voir petit film de ce concours : http://www.nicolas-salagnac.com/je-me-suis-filme-pendant-mes-trois-ans-sur-le-concours-mof/

Merci encore.

Et vendredi 27 Octobre 2017, je vais de nouveau à la rencontre de Bernard Turlan chez lui dans la ville rose, à Toulouse. Il souhaite me donner ses outils de graveur, soit : 130 burins et onglettes ; 600 ciselets ; 210 échoppes et 170 rifloirs… et deux petits marteaux de ciseleur.

Je suis très touché par cette transmission, les outils pour un artisan sont le prolongement de la main, et de l’esprit qui l’anime… Un grand merci Bernard, qui m’implique de poursuivre sur cette voie, vers de belles gravures, chargées de sens et de valeurs et vers la transmission de ce savoir-faire. Un trait d’union entre les anciens et les jeunes graveurs.

Merci.

Nicolas