Nicolas Salagnac

« La mairie s’offre un MOF »

Article dans « Le Progrès », le 25 Juin 2003 .

Nicolas Salagnac, graveur médailleur, Meilleur Ouvrier de France 2000, vient de réaliser la médaille du 2e arrondissement. A découvrir à partir du 2 juillet dans le cadre de l’exposition “Lyon, une histoire de médailles”. Article publié dans le Progrès

La mairie d’arrondissement vient de s’adresser à Nicolas Salagnac afin qu’il réalise la médaille en bronze du 2e. Celle-ci représente le Confluent avec la rencontre du Rhône et de la Saône, et la statue de Louis XIV à Bellecour. Cette emblème de l’arrondissement est à découvrir dans le cadre de l’exposition : “Lyon, une histoire de médailles”.

Nicolas Salagnac a veillé à détailler chaque étape de la fabrication : mise au point d’un dessin, sculpture en bas-relief, gravure sur acier, édition par frappe et patine. Cette exposition organisée avec le Cercle Lyonnais de Numismatique et le Musée des Beaux-Arts de Lyon, permet en outre d’en savoir plus sur l’histoire des médailles. “La première médaille française est lyonnaise. Elle a 500 ans. Elle avait été exécutée pour honorer la venue de Louis XII et d’Anne de Bretagne. Cette pièce unique se trouve au musée des Beaux-Arts”, précise Nicolas Salagnac, ancien élève de l’école Boulle à Paris et diplômé des Métiers d’Art – section gravure sur acier.

Un métier en voie de disparition. Avant d’exercer dans la gravure notre jeune artiste “touche” un peu à la photo. Il est ensuite employé par la Maison Cartier pour dessiner des bijoux. Puis enfin, il œuvre auprès d’un graveur parisien. Nicolas Salagnac s’occupe notamment de la réalisation des moules destinés au pin’s qui font fureur dans les année 90… Nouvelle étape : Lyon où il est embauché comme chef de l’atelier de gravure de FIA, filiale d’Augis. Il travaille aux côtés d’un Meilleur Ouvrier de France.

Ce dernier l’incitera sans nul doute à aller plus loin dans la recherche de la perfection. C’est ainsi qu’il décide de préparer le difficile concours du MOF. Il sait qu’un énorme travail de recherche puis d’exécution l’attend pendant trois ans. Premier sujet imposé : réaliser une médaille à l’effigie d’Elisabeth Vigée-Lebrun, artiste peintre du XVIIIe siècle, auteur de portrait de Marie-Antoinette. Deuxième sujet libre : concevoir une médaille illustrant un des Travaux d’Hercule. Nicolas Salagnac bénéficie des conseils avertis de Bernard Turlan, ex-graveur de la Monnaie de Paris. Parmi les cinq candidats à se présenter au concours , il sera finalement le seul à remporter le titre de MOF en l’an 2000. Depuis lors, aucun triomphalisme de sa part. Il défend tout simplement un métier en voie de disparition.

C.R.