Nicolas Salagnac

La Maison Augis de Lyon – article CFM 1966

4ème trimestre 1966 – Article de Pierre LATHOUMETIE, trouvé dans le Club Français de la Médaille n°13.

La numismatique de Lyon est, après celle de Paris, la plus riche de France, comme le rappelaient encore récemment, en des termes presque identiques, deux éminents spécialistes, M. Robert LABONNELIE et M. TRICOU. La Maison AUGIS, qui édite et fabrique des médailles et insignes, ne fait que suivre, avec éclat, une prestigieuse tradition lyonnaise.
C’est à Lyon que Louis LE PÈRE coule la première médaille française, en 1494, à l’occasion de l’entrée dans la ville de Charles VIII et d’Anne de Bretagne. Depuis, la médaillistique lyonnaise a connu des fortunes diverses, reflets de l’évolution européenne de cet art très en faveur aux XVIe et XVIIe siècles, elle connaît une éclipse relative au XVIIIe siècle, puis un regain de faveur au XIXe.

De grands noms jalonnent son histoire Jacques Gauvin, Claude Warin, Jacques Mimerel, et plus près de nous Chavanne, Dantzell, Schmitt, Bonnet… Au XXe siècle, les Chorel, Linossier, Muller, Rousselon et Renard se réclament de ces grands anciens.

C’est en 1830 qu’apparaît la maison AUGIS. L’arrière grand-père de l’actuel président-directeur général de la firme fonde un commerce d’orfèvrerie et de bijouterie, continué par Charles AUGIS qui, dès 1896, l’installe au 32, rue de la République. En 1910, M. Alphonse AUGIS, père de M. Franck AUGIS, y adjoint trois ateliers de fabrication qui seront regroupés, après la Grande Guerre, aux « Récollets » où existait déjà, au rez-de-chaussée, un atelier de frappe de médailles.

Le nom du lieu vient du couvent que la reine Marie de Médicis installa en 1623 à l’intention de Pères Franciscains voués à la recollection. Situé au flanc de la colline de Fourvière, au n° 28 de la montée abrupte St Barthélémy, le vénérable immeuble où prêcha Saint François de Sales domine la ville de sa façade à grands arceaux et de ses fenêtres ouvertes sur la Saône.

En 1949, en pleine expansion, la maison AUGIS commence à renouveler complètement son matériel et, à l’aube du Marché Commun, prévoit de doubler la surface couverte de ses bâtiments sans rompre l’harmonie du monument historique. Le tour de force est réalisé par M. Franck AUGIS et son architecte M. GRANGE. Commencés en 1955, les travaux se poursuivent jusqu’au 7 décembre 1959, date de l’inauguration des nouveaux ateliers, qui correspond au 130e anniversaire de la Maison.

M. Franck AUGIS, l’actuel président-directeur général de cette société, est né à Lyon, le 22 février 1903, ancien élève de l’École Supérieure de Commerce, engagé volontaire, il préside de bonne heure, aux côtés de son père, aux destinées de l’entreprise familiale. Son dynamisme et son sens commercial le poussent à étendre la commercialisation des œuvres d’art sur les marchés étrangers. Il effectue de longs voyages en Belgique, Hollande, Allemagne, Autriche, Italie, Angleterre, Espagne, Canada, États-Unis, Japon. Un réseau de correspondants se crée, des accords commerciaux se nouent, des prix aux expositions internationales viennent sanctionner une réussite méritée. La maison couvre actuellement 2 500 m2, emploie 200 personnes, et sert une clientèle de 8 000 détaillants bijoutiers.

Le catalogue AUGIS présente trois ordres de productions bien définies.
Le premier est celui des articles en or, souvent enrichis d’émaux et de pierreries. On trouve dans cette collection des croix et bijoux dessinés par Jean, frère de Franck, ancien élève des Beaux-Arts de Paris.
Le second domaine est celui des articles-souvenirs qu’on retrouve familièrement dans toutes les stations touristiques cendriers, presse-papiers, etc …
Le troisième enfin est constitué par les insignes, plaques, breloques et articles publicitaires. AUGIS est grand fournisseur de l’Armée et de la Marine Nationale, des Compagnies Maritimes et Aériennes, des Sociétés Pétrolières et, surtout, des entreprises commerciales et industrielles. C’est ainsi que sortent annuellement de ses ateliers plus de trois millions de porte-clefs, ce qui représente une moyenne de 10 000 articles par jour.
Tout aussi-remarquable que le volume de ses affaires, l’esprit « maison » qui anime l’entreprise AUGIS est unanimement reconnu : solidarité, « mystique » du travail bien fait, se retrouvent à l’échelon du plus humble comme du plus important des collaborateurs du chef. L’assistance et la cohésion de la famille, depuis cinq générations, ne sont pas non plus une des moindres causes d’un succès qu’a solennellement consacré l’attribution du diplôme « Prestige de la France », remis à M. Franck AUGIS en décembre 1964.

Pierre LATHOUMETIE