Nicolas Salagnac

La section de gravure en médailles à la Villa Médicis (1805-1970) : Les envoies des Grands Prix de Rome.

Texte anciens extraits de « L’Académie de France à Rome aux XIXe et XXe siècles. Entre tradition, modernité et création ». La section de gravure en médailles à la Villa Médicis (1805-1970) est écrit par Jean GUILLEMAIN – Mis à jour par mes soins.

Catalogue des envoies de Rome des pensionnaires de la section gravure en médailles (1805-1970)

La_section_de_gravure_en_medailles_a_la_Villa_MedicisANNEXE

Catalogue des envois de Rome des pensionnaires de la section de gravure en médailles (1805-1970).
Ce catalogue présente par ordre chronologique les travaux réalisés chaque année au cours du séjour à la Villa Médicis. Les numéros entre crochets indiquent les types de travaux énoncés dans les règlements (présentés dans le texte p. 24-25).

Sources :

Académie de France à Rome : Archives (correspondance des directeurs, copies des comptes rendus de l’Institut sur les envois des pensionnaires, comptabilité. XIXe-XXe siècle, cartons).« Musée » (deux caisses de moulages en plâtre de monnaies et médailles, avec quelques médailles de bronze, conservées au département d’histoire de l’Art).
– Administration des monnaies et médailles : Bibliothèque et archives, Série P (dossiers d’artistes graveurs, XVIIIe-XIXe siècle, non consulté). Collections (suite de clichés en étain des concours des grands prix de Rome, éditée dans les années 1960). Service des ventes (quelques tirages en bronze de médailles gravées par des pensionnaires).
– Archives nationales (non consulté) : F21 589 à 613 (Académie de France à Rome : administration, comptabilité, personnel et élèves grands prix de Rome. Classement alphabétique des dossiers de personnel et d’élèves. 1792-1893).
AJ 52 (École nationale supérieure des Beaux-Arts) : Art 192 à 205 (Académie de France à Rome, concours du grand prix de Rome. 1663-1965) ; Ar 495 (Académie de France à Rome, travaux des pensionnaires. 1835-1923).
AJ 53 (École nationale supérieure des Arts décoratifs).
– École nationale supérieure des Beaux-Arts : Registres matricules des élèves peintres et sculpteurs, 1896-.
Dossiers bio-bibliographiques d’anciens élèves.
Inventaire général des collections d’art, vol. 1 (1ère partie, « Collections scolaires », chap. III, « Gravure en médailles et pierres fines », section A, « Concours de Rome : Grand Prix » [p. 103], section B, « Envois de Rome 2e année » [p. 104])
Esquisses en plâtre et en cire des concours du grand prix de Rome (gravure en médailles).
– Institut de France (non consulté) : Archives, Séries 2 E et 5 E (comptes rendus sur les envois de Rome).
– Musée Carnavalet : Médaillier.

Abréviations bibliographiques utilisées :

– AKL : Allgemeines Künstlerlexikon : Bio-bibliographischer Index A-Z, 10 vol., Munich/Leipzig, 1999-2000.
– BÉNÉZIT : Emmanuel BÉNÉZIT, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, 14 vol. (Paris, 1924), Paris, 1999.
– BONNAIRE, 1940 : Marcel BONNAIRE, Liste des pensionnaires de l’Académie de France à Rome […) de 1901 à 1940, Paris, 1940.
– Catalogue général illustré des éditions de la Monnaie de Paris, [Paris], s.d. [1977-1985], 5 tomes en vol.
– CFM : Bulletin du Club Français de la Médaille.
– Correspondance des directeurs : Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome : nouvelle série, Georges BRUNEL, Isabelle Julia (éd.), 2 t. en 3 vol., Rome, 1979-1984.
– ÉDOUARD-JOSEPH : René ÉDOUARD-JOSEPH, Dictionnaire biographique des artistes contemporains (1910-1930), avec nombreux portraits, signatures et reproductions, 3 vol., Paris, 1930-1934.
– finemedals : http://www.finemedals.com/ (visité le 27/06/2002).
– GUIFFREY, 1908 : Jules GUIFFREY, J. BARTI-IÉLÉMY, Liste des pensionnaires de l’Académie de France à Rome 1…1 de 1663 à 1907, Paris, 1908.
– LAGRIFFOUL, 1966 : Henri LAGRIFFOUL, Hommage à Louis Muller, dans CFM 10, 1966, p. 8-12.
– LAMI : Stanislas LAMI, Dictionnaire des sculpteurs de l’école française au dix-neuvième siècle, 4 vol., Paris, 1914-1921.
– Procès-verbaux, 1940 : Procès-verbaux de l’Académie des Beaux-Arts, Marcel BONNAIRE (éd.), t. II, An IX (1800-1801) an XIV (fin 1805), Paris, 1940.
– Procès-verbaux, 1943 : Procès-verbaux de l’Académie des Beaux-Arts, Marcel BONNAIRE (éd.), t. DI,1806-1810, Paris, 1943.
– Procès-verbaux, 2001 : Procès-verbaux de l’Académie des Beaux-Arts, Jean-Michel LENIAUD (éd ), t. 1811-1815, par Agnès GOUDAIL, Catherine GIRAUDON, Paris, 2001.
– RBA : Revue des Beaux-Arts.
– THIENEE-BECKER : Allgemeines Lexikon der bildenden Kiinstler, Ulrich THIEME, Felix BECKER (éd.), 37 vol., Leipzig, 1907-1950.
– VARROT, 1996 : Patrick VARROT, Histoires tracées : l’antiquité légendaire vue à travers les dessins de voyages du sculpteur Félix Chabaud (1824-1902), (catalogue d’exposition/Venelles, 1996), Venelles, 1996.

Autres abréviations utilisées :

– I.A : première année ; 2A : deuxième année…
– Arch. A.F.R.: Rome, Archives de l’Académie de France (cart. : carton).
– Arch. nat. : Paris, Archives nationales.
– Bibl. É.B.A. : Paris, bibliothèque de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts.
– Coll. É B.A. : Paris, collections de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts.

Les Grands Prix de Rome :

TIOLIER, Nicolas-Pierre (1784-1853)

Fils de Pierre-Joseph, graveur général des monnaies, élève de Dejoux pour le dessin et de Jeuffroy pour la gravure en pierres fines. Pensionnaire : 1806-1810.

Grand prix en 1805 : Le génie de la gravure (gravure en pierres fines).
– Travaux de 1807 : Un bas-relief en plâtre représentant un Jeune pâtre jouant de la flute, 3 pieds sur 2. Un autre représentant un Mercure, tiré de la galerie de Florence. Un autre représentant Aristide écrivant son nom sur la coquille que lui présente un paysan.
– Travaux de 1808 : Un modèle en cire de l’Antinoüs de la Galerie Borghèse [tête vue de profil], de 5 pouces. Le même gravé en creux sur une cornaline rouge de 11 lignes. Une cornaline jaune aussi en creux, représentant un Mercure en pied, d’après un bronze de la galerie de Florence (grandeur 10 lignes). Empreintes d’une médaille représentant d’un côté le Portrait de l’empereur et au revers la façade extérieure du palais de L’Académie de France (diamètre 15 lignes) (fig. 7). Un portrait en camée (grandeur 14 lignes).
– Travaux de 1809 : Tête de Raphaël. Camée représentant une Tête de femme. Portrait de Guillon-Lethière. Un Petit faune. Un Portrait d’homme en camée. Autoportrait en camée. Portrait de femme en camée.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 13, fol. 2, 3, 36 ; cart. 14, fol. 11 ; Correspondance des directeurs, t, 2, 1984, p. 824, 831, 852-853, 868 ; Procès-verbaux, 1940, p. 312, 320, 339 ; Procès-verbaux, 1943, p. 196, 271-272 ; Procès-verbaux, 2001, p. 84, 406.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, Nicolas-Pierre Tiolier (1784-1843), graveur général des monnaies de France, dans CFM 59-60, 1978, p. 138-149 ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

GATTEAUX, Jacques-Édouard (1788-1881)

Élève de son père, Nicolas-Marie, graveur en médailles (pour la taille directe sur acier), et de Jean-Guillaume Moitte (pour le modelage et la sculpture).

Grand prix en 1809 : Mars et la Victoire (gravure en pierres fines et en médailles). Pensionnaire : 1810-1812.
– Travaux de 1810 : Une copie de l’Hercule Farnèse gravée en poinçon. Une copie d’une Muse modelée en cire d’après l’antique. 2 bas-reliefs, études.
– Travaux de 1811 : Le Portrait de feu M. Moitte, statuaire, membre de l’Institut, gravé en creux. Le même portrait en marbre, grandeur de nature. 2 études en bas-relief.
– Travaux de 1812 : Une Tête de Rome gravée en creux. Une Tête de Minerve avec les attributs des arts, gravée en creux. Un bas-relief représentant Thésée au moment où celui-ci découvre les armes de son père.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 13, fol. 36-v, 349, 395v ; Procès-verbaux, 1943, p. 220, 223, 225, 251, 257 ; Procès-verbaux, 2001, p. 85, 161-162, 427.
Bibliographie : AKL ; BÉNEZIT ; Jean-Marie DARNIS, Jacques-Édouard Gatteaux, médailleur, sculpteur et collectionneur (1788-1881), dans CFM 58, 1978, p. 194-201 ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

BRANDT, Henri-François (1789-1845)

Élève de Droz, Bridan et David.

Grand prix en 1813 : Thésée découvrant les armes de son père. Pensionnaire : 1814-1818.
-Travaux de 1815 : Un Thésée avec le cheval Pégase en relief. Jupiter et Junon, deux têtes sur le même poinçon. Hercule et Omphale, idem. Un petit Apollon en relief. Le Portrait du directeur de l’Académie, en creux. La Villa Médicis, en creux.
– Rapport de 1816 : Quatre médailles avec leurs revers et une médaille sans revers. Le Portrait du roi, et au revers Minerve avec les attributs des arts. Le Portrait du saint Père, et au revers L’ange tirant saint Pierre de sa prison, allégorie pour l’année 1814. Un second Portrait du saint Père, et au revers la Prise de possession des six légations, allégorie pour l’année 1815. Le Portrait de M. Lethière, ancien directeur de l’Académie de France à Rome, au revers la façade de la Villa Médicis, côté du jardin. Persée et le cheval Pégase.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 13, fol. 45-46v, 457 ; Procès-verbaux, 2001.
Bibliographie : AKL ; Jean-Marie DARN1S, notice dans CFM 54, 1977, p. 174-181 ; GU1FFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

VATINELLE, Ursin-Jules (1798-1881)

Élève de Gatteaux.

Grand prix en 1819 : Milon de Crotone. Pensionnaire : 1820-1824.
– Travaux de 1822 (3A) : Le combat d’Hercule et d’Alcyppe reine des Amazones, bas-relief en plâtre grand demi-nature. Endymion du musée du Capitole, copie en plâtre, bas-relief.
– Travaux de 1823 (4A) : « M. Vatinelle a déjà fourni ce que le règlement exige des graveurs. Il termine maintenant la gravure en médaille des deux Colosses de Monte-Cavallo et s’occupe d’un modèle en bas-relief représentant La mère des Gracques qu’il a l’intention de graver ».
-Travaux de 1824 (5A) : La mère des Gracques, bas-relief en plâtre, demi-nature.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 46, fol. 187, 190, 200, 204, 205.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, notice dans CFM 50, 1976 ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

OUDINÉ, Eugène-André (1810-1887)

Élève du graveur André Galle, de Gatteaux et de David, d’Ingres et Petitot.

Grand prix en 1831 : Œdipe expliquant l’énigme du sphinx. Pensionnaire : 1832-1835.
-Travaux de 1832 (1A) : Copie réduite d’un quart et restaurée d’après un bas-relief de la villa Albani [1]. Médaille de Syracuse, copie d’après l’antique [2].
– Travaux de 1833 (2A) : Ulysse et Circé, bas-relief [1]. Deux copies de médailles, dont une antique [2] et l’autre moderne (Portrait de Brulart de Sillery, chancelier de 1607 à 1624, d’après la médaille de bronze de Guillaume Dupré, fig. 6).
– Travaux de 1834 (3A) : Le choléra-morbus traversant les villes de l’Europe, bas-relief plâtre (ou Le Choléra, sous la figure d’un être satanique et gigantesque, lançant des flammes sur plusieurs villes) ; une épreuve de la médaille ébauchée d’après le bas-relief [1]. Une médaille, copie sur acier d’après l’antique, Amour et Psyché [4A n° 1].
– Travaux de 1835 (4A) : Cadre contenant trois épreuves de médailles : Le choléra traversant les villes de l’Europe [3A n° 1], portraits de Raphaël et de Masaccio. Gladiateur blessé, étude de ronde-bosse en plâtre, grandeur naturelle.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 37, fol. 490v ; cart. 46, fol. 68, 96-v, 108v-109v, 216, 220, 221.
Bibliographie AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, notice dans CFM 49, 1975 ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

FAROCHON, Jean-Baptiste-Eugène (1812-1871)

Élève de David d’Angers, Depaulis et Simon fils. Entre à l’École des Beaux-Arts en 1829.

Grand prix en 1835 : Romulus portant au temple de Jupiter Férétrien les premières dépouilles opimes. Pensionnaire : 1836-1839.
– Travaux de 1836 (1A) : Médée et les filles de Pélias (restauration d’un bas-relief antique) [1]. Copie d’une médaille antique [2].
– Travaux de 1837 (2A) : Charon dans sa barque (bas-relief demi-nature) [1]. Copie d’une médaille antique [2].
– Travaux de 1838 (3A) : Figure exécutée en médaille d’après une statue de personnage romain [4A n° 1].
– Travaux de 1839 (4A) : Bas-relief, médaille d’après un bas-relief [3A n° 1]. Médaillon du roi.
Sources Arch. A.F.R., cart. 37, fol. 509-v, 527-v, 543-v, 560v-561 ; cart. 46, fol. 222, 223.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

VAUTHIER, André (1818-1899)

Élève de son grand-père André Galle, puis de Louis-Messidor-Lebon Petitot et Blondel. Admis à l’École des Beaux-Arts en 1834.

Grand prix en 1839 : Hercule étouffant Antée. Pensionnaire 1840-1843.
– Travaux de 1841 (2A) : Symbole d’amitié, bas-relief de deux figures [1] . Projet de médaille relatif aux Secours distribués aux victimes des inondations de 1840.
– Travaux de 1842 (3A) : La douleur pleurant sur la terre, bas-relief ; médaille d’après le bas-relief [1].
– Travaux de 1843 (4A) : Médaille d’après une figure antique grandeur nature [1]. Un combat, avec Hercule, bas-relief en plâtre.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 46, fol. 124v, 136-v, 180-v.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, notice dans CFM 46, 1975 ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

MERLEY, Louis (1815-1883)

Élève de Pradier, David d’Angers et André Galle, de l’École des Beaux-Arts en 1838.

Grand prix en 1843 : Arion sur le dauphin. Pensionnaire : 1844-1847.
– Travaux de 1844 (1A) : Restauration d’un Fragment de la frise du Parthénon d’après le plâtre du musée de Saint-Jean-de-Latran [1]. Médaille de Syracuse (copie en creux d’après l’antique) [2].
– Envoi de 1845 (2A) : Figure d’étude (bas-relief en cire) [1]. Tête de Sapho (copie sur onyx en relief d’après l’antique de la villa Albani) [2]. Tête dite de Platon (copie sur cornaline en creux d’après l’antique) [2].
– Envoi de 1846 (3A) : Mercure assis, copie en médaille (coin) d’après la statue en bronze du musée de Naples [2]. Poésie, modèle en cire [2A n° 3]. Camée sur onyx du même sujet (tête d’étude) [3]. Projet de Médaille pour les grands prix de Rome, esquisse sur cire [non réglementaire].
– Envoi de 1847 (4A) : Les trois villes principales de l’Algérie, Alger, Bone et Constantine, faisant leur soumission à la France qui les reçoit au nombre de ses provinces (bas-relief en cire et coin) [2].
Sources : Arch. A.F.R., cart. 47, fol. 28, 43 et s.n.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

CHABAUD, Louis-Félix (1824-1902)

Élève de Pradier et Gayrard, de l’École des Beaux-Arts depuis 1844.

Grand prix en 1848 : Mercure formant le caducée. Pensionnaire : 1849-1851.
– Travaux de 1849 (2A) : Cérès guérissant Triptolème, médaillon en cire [1]. Pâris, carnée [2]. Tête symbolique de la ville de Rome, gravée en creux [2]. [La Force, 3].
– Travaux de 1850 (3A) Médaille d’après la Danaïde du musée du Vatican [2]. La Force, tête gravée sur pierre fine à trois couches (Omphale coiffée de la tête du lion de Némée) [3]. Voyage guidé par l’Amour, médaillon en cire [4].
– Travaux de 1851 (4A) : L’Agriculture heureuse d’avoir la Paix repousse la Guerre, médaillon en cire et coin de la médaille [2]. Caenace, figure demi-nature en marbre.
Sources : Léo D’AMBLÈVE, Travaux de l’Académie de France à Rome, dans RBA, 1852, p. 292 ; GELÉE, Gravure en taille douce et en médaille, dans RBA, 1852, p. 332 ; Charles PLACE, Envois de Rome II : peinture, architecture, gravure, dans RBA, 1850, p. 323 ; Hercule ROBERT, École des beaux-arts. Envois de Rome IV : gravure en médailles et pierres fines, dans RBA, 1851, p. 335-337.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉzrr ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER ; VARROT, 1996.

DUBOIS, Alphée (1831-1905)

Élève de son père, Eugène, de Francisque Duret et Barre père. Admis à l’École des Beaux-Arts en 1848.

Grand prix en 1855 : Guerrier blessé mourant sur l’autel de la patrie. Pensionnaire : 1856-1859.
– Travaux de 1856 (1A) : Adieux d’Orphée et d’Eurydice (copie d’après l’antique), bas-relief en cire [1]. Copie d’une Médaille de Syracuse (coin) [2].
– Travaux de 1857 (2A) : Figure d’étude (Figura di giovane), bas-relief en cire [1]. Copie d’un camée antique (camée, cornaline) [2]. Copie d’une pierre gravée antique (cornaline, intaille) [2]. Tête d’étude (Testa di donna dal vero), médaillon en cire [3].
– Travaux de 1858 (3A) : Discobole (copie en médaillon d’après l’antique) [2]. Trasteverina (camée onyx) [3]. Pandore recevant la boîte fatale (médaillon en cire) [4].
– Travaux de 1859 (4A) : Le pape Pie IX appelant les bénédictions du ciel sur le prince impérial, qui lui est présenté par la France, bas-relief en cire et coin [2].
Sources : Arch. A.F.R., cart. 63-65, non folioté, comptes rendus de l’Institut.
Bibliographie : AKL ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

LAGRANGE, Jean (1831-1908)

Élève de Flandrin, Bonnassieux, Vibert et Chabaud, de l’École des Beaux-Arts en 1857.

Grand prix en 1860 : Un guerrier triomphant dépose une palme sur l’autel de Minerve. Pensionnaire : 1861-1863. Ne restant que trois ans à la Villa, il dut exécuter en 1ère année les travaux de 2e année et ainsi de suite.
– Travaux de 1861 (1A) : Figure d’étude (bas-relief de 35 cm en cire) [2A n° 1]. Copie d’une Médaille phrygienne, tête (gravure en relief) [2A n° 2]. Copie d’une Médaille de Syracuse (intaille) [2A n° 2]. Tête d’expression (médaillon d’après nature), cire [2A n°3).
– Travaux de 1862 (2A) : Copie en médaillon de la statue de Mercure du musée de Naples (cire) [3A n° 2]. Tête d’étude (camée sur cornaline à trois couches) [3A n° 3]. L’annexion de la Savoie et de Nice à la France, médaille (esquisse en plâtre) [3A n° 4]. Amour et Psyché (groupe en ronde-bosse, grandeur naturelle), plâtre [non réglementaire].
Sources : Arch. A.F.R., cart. 64-66, non folioté, comptes rendus de l’Institut.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

CHAPLAIN, Jules-Clément (1839-1909)

Élève du sculpteur François Jouffroy et du graveur en médailles Eugène-André Oudiné. Admis à l’École des Beaux-Arts en 1857.

Grand prix en 1863 : Bacchus faisant boire une panthère (fig. 2). Pensionnaire : 1864-1867. Ne sachant pas graver la pierre fine, il produit à la place des médaillons et des dessins.
– Travaux de 1864 (1A) : Copie modelée d’un Bas-relief du Parthénon [1]. Médaille de Syracuse (copie d’après l’antique), poinçon [2]. Portrait de M. Schnetz directeur de l’Académie (médaillon), plâtre et poinçon. Portrait d’André del Sarto (dessin d’après le portrait de la galerie de Florence). Figure d’enfant (copie dessinée d’après la fresque de Raphaël de la galerie de l’Académie de Saint-Luc à Rome) [non réglementaires].
– Travaux de 1865 (2A) : Tête d’étude d’après nature (ronde bosse) [3]. La France victorieuse (projet de médaille). Médaillon d’après nature. Étude d’après nature (dessin). Copie d’après une fresque d’Herculanum (dessin). La création de l’homme d’après la fresque de Michel-Ange (chapelle Sixtine), dessin.
– Travaux de 1866 (3A) : Thésée (copie d’après l’antique), bas-relief, plâtre [1A n° 1]. Étude d’après nature (bas-relief, plâtre) [2A n° 1]. Médaille de récompense pour une exposition des beaux-arts et de l’industrie (esquisse, plâtre) [4]. La Philosophie (copie d’après la fresque de Raphaël au Vatican), dessin. Tête de Cérès (médaille et coin).
– Travaux de 1867 (4A) : Médaille commémorative de l’exposition universelle (modèle et coin gravé) [2]. Isaïe (dessin d’après Michel-Ange, Chapelle Sixtine). Étude d’après nature.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 66, non folioté, « Envois des pensionnaires »; Théophile GAUTIER,
École des beaux-arts : concours pour le grand prix de gravure en médailles, dans Le moniteur universel, 10 sept. 1863, p. 1142.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, notice dans CFM 39-40, 1973 ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

DEGEORGE, Charles-Jean-Marie (1837-1888)

Élève de l’École des Beaux-Arts de Lyon (1853-1855) et de Paris (1858), puis de Jouffroy, Duret, Flandrin et Chabaud.

Grand prix en 1866 : La France protégeant l’Algérie. Pensionnaire 1867-1869.
– Travaux de 1867 (1A) : Copie gravée (tête) d’une médaille antique de Lysimaque, [2]. Sources Théophile GAUTIER, École des beaux-arts concours pour le grand prix de gravure en médailles, dans Le moniteur universel, 10 sept. 1863, p. 1142.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, notice dans CFM 38, 1973 ; GUIFPREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

SOLDI, Émile-Arthur (1846-1906)
Travaille d’abord comme apprenti relieur. Élève de Farochon, Lequesne et Dumont.

Grand prix en 1869 : La Fortune et l’enfant (Fable de La Fontaine). Pensionnaire : 1870-1872, soumis encore à l’ancien règlement (de 1865 ?).
– Travaux de 1870 (1A) : Actéon (bas-relief en plâtre) [1 ou 5]. Médaille de Syracuse (copie en creux sur acier) [2]. La Défense nationale (médaillon en plâtre). Ville de Strasbourg (médaillon en plâtre).
– Travaux de 1872 (3A) : Gallia, médaillon en plâtre [1]. Actéon, camée [3]. Esquisse, médaillon en plâtre [4]. Charité, d’après Raphaël. Charité, d’après Ingres.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 91, non folioté, comptes rendus de l’Institut.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

DUPUIS, Jean-Baptiste-Daniel (1849-1899)

Élève de l’École des Beaux-Arts en 1864 où il étudie d’abord la peinture, puis la sculpture en 1866, sous la direction de Cavelier, et enfin la gravure en médailles avec Farochon et Ponscarme. Il reçoit un encouragement de 300 F en juin 1869 et un autre de 200 F en février 1870, accordés par le ministre.

Grand prix en 1872 : Soldat spartiate préparant ses armes avant le combat des Thermopyles. Pensionnaire : 1873-1875.
– Travaux de 1873 (1A) : Copie en creux d’une médaille antique [2]. Petite tête d’étude modelée en cire [3]. Dessin d’après une Figure du fronton du Parthénon [4]. Bas-relief modelé en cire, Orphée pleurant Eurydice [5]. Bas-relief grandeur naturelle, Jeune fille buvant dans ses mains l’eau jaillissant d’une fontaine [non réglementaire].
– Travaux de 1874 (2A) : Tête d’Alexandre, gravée en creux d’après l’antique (pierre fine) [4]. La Paix, camée d’après la cire [5]. La Guerre, médaille [6]. L’Automne, esquisse en cire d’un camée [7]. Dessin d’après nature [8].
– Travaux de 1875 (3A) : La France (médaille). La Vierge et l’enfant Jésus, bas-relief moyenne nature [1]. Grand dessin de La Jurisprudence, de Raphaël au Vatican.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 91, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Arch. nat., Ar 324, fol. 298-308.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Marie DARNIS, notice dans CFM 3536, 1972 ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; LAMI ; THIEME-BECKER.

ROTY, Louis-Oscar (1846-1911)

Il étudia d’abord la peinture avec Lecoq de Boisbaudran, à l’École des Arts décoratifs. Admis à l’École des Beaux-Arts en 1864, il entra dans l’atelier du sculpteur Augustin Dumont et dans celui du graveur en médailles Hubert Ponscarme.

Grand prix en 1875 : Un berger cherchant à lire l’inscription gravée sur un des rochers du défilé des Thermopyles. Pensionnaire : 1876-1878.
– Travaux de 1876 (1A) : Une copie d’après l’antique gravée sur acier [2]. La jeunesse (tête d’étude) [3]. Dessin d’après Pinturicchio [4]. Vénus et l’Amour (bas-relief) [5].
– Travaux de 1877 (2A) : Pierre gravée en creux copiée sur l’antique [4]. Un camée [5]. Projet de médaille pour l’exposition de 1878 [6]. Étude dessinée d’après la Transfiguration de Raphaël [8]. Faune et faunesse, bas-relief. Figure de femme, bas-relief.
– Travaux de 1878 (3A) : Vulcain soumettant son œuvre aux conseils de Minerve, modèle en cire [I]. La peinture personnifiée par une jeune fille, modèle en cire.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 92 et 101, non folioté, comptes rendus de l’Institut.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; Ferdinand MAZEROLLE, L.-0. Roty, membre de l’Institut : biographie et catalogue de son œuvre, dans Gazette numismatique française, 1897, p. 129-156 ; THIEME-BECKER.

BOITÉE, Louis-Alexandre (1852-1941)

Apprenti à 13 ans, il étudie le dessin à l’École des Arts décoratifs et la gravure avec Tasset (1869). À l’École des Beaux-Arts (1871), élève d’Aimé Millet, de Dumont et Ponscarme.

Grand prix en 1878 : Caïn maudit, entendant la voix de l’Éternel qui lui reproche le meurtre de son frère. Pensionnaire : 1879-1881.
– Travaux de 1879 (1A) : Copie en creux sur acier d’une tête antique (Hiéron de Syracuse) [2]. Profil de jeune fille (novice), tête d’étude d’une médaille en bronze [3]. Dessin d’après Bellini (La Vierge entourée de six saints, à l’Académie des Beaux-Arts à Venise) [4]. Le Génie des récompenses consultant Minerve, modèle pour une médaille, coin.
– Travaux de 1880 (2A) : Tête d’étude gravée sur pierre fine [5]. Bijoux de printemps, bas-relief modèle de camée [7]. Dessin d’après Palma Vecchio [8]. Saint Sébastien, grande étude en bas-relief. L’Agriculture, poinçon.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 101, non folioté, comptes rendus de l’Institut.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

PATEY, Henri-Auguste-Jules (1855-1930)

Élève de Chaplain, Jouffroy et Chapu.

Grand prix en 1881 : Le laboureur de Virgile. Pensionnaire : 1882-1884.
– Travaux de 1882 (1A) : Copie en creux sur acier d’une médaille antique [2]. La Force, médaillon en plâtre [3]. Dessin d’un Fragment de la fresque d’Héliodore par Raphaël au Vatican [4]. Pastorale, médaillon en plâtre [5].
– Travaux de 1883 (2A) : Acier en creux (coin gravé), copie d’après l’antique [4]. La Force, carnée de tête d’étude [5]. Diane et Endymion, esquisse pour un camée [7]. Dessin d’après Michel-Ange (chapelle Sixtine) [8].
Sources : Arch. A.F.R., cart. 103, non folioté, liste des envois.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

NAUDÉ, Henri (1859-?)

Élève de Ponscarme, Dumont, Paul Dunois et J. Thomas.

Grand prix en 1884 : Oreste réfugié auprès de la statue d’Apollon. Pensionnaire : 1885-1887.
Bibliographie : GUIFFREY, 1908.

VERNON, Charles-Frédéric-Victor (1858-1912)

Élève de Cavelier, A. Millet et P. Tasset, de Chaplain, de l’École des Beaux-Arts depuis 1879.

Grand prix en 1887 : Jason enlevant la toison d’or. Pensionnaire : 1888-1890.
– Travaux de 1889 (2A) : La Paix, médaille de bronze (Coll. É.B.A., prise en charge 8508).
– Travaux de 1890 (3A) : La Science moderne découvrant l’Antiquité, médaille. L’Aurore, médaille [1]. Triptyque représentant Les trois âges de la vie, bas-relief. Trois portraits en bronze de ses camarades de Rome.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 130, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

PILLET, Charles-Philippe-Germain-Aristide (1869-?)

Élève de Chapu et Chaplain.

Grand prix en 1890 : Phorbas détachant de l’arbre Oedipe enfant. Pensionnaire : 1892-1894.
– Travaux de 1892 (1A) : Copie d’une médaille de Lysimaque [2]. Tête d’étude [3]. Figure dessinée d’après nature [4]. Hylas et les nymphes, bas-relief [5].
– Travaux de 1893 (2A) : Copie en creux sur acier d’après un fragment d’un bas-relief du Parthénon [4]. La muse Erato, tête d’étude, modèle pour un camée [5] (médaillon en bronze, Coll. É.B.A., prise en charge 8698). Daphnis et Chloé, bas-relief. Mater Virgo, petit bas-relief.
– Travaux de 1894 (3A) : La Force, dessin d’après Raphaël [2A n° 8]. Projet de médaille de récompense [1]. Primavera, bas-relief.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 130 et 131, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

COUDRAY, Marie-Alexandre-Lucien (1864-1932)

À l’École des Beaux-Arts (1882), élève de Dumont, J. Thomas, Ponscarme et Allouard.

Grand prix en 1893 : Orphée endort Cerbère aux sons de sa lyre. Pensionnaire : 1894-1896.
– Travaux de 1894 (1A) : Copie sur acier d’après une tête de Renommée [2?]. Tête d’étude représentant Orphée, médaillon [3]. Dessin d’après l’antique [4]. Adam et Eve retrouvant le corps d’Abel, bas-relief [5].
– Travaux de 1895 (2A) : Torse d’homme barbu, tenant un bâton, médaillon en acier (Coll. É.B.A., prise en charge 10107) [4]. Buste d’Orphée, médaillon en acier (Coll. É.B.A., prise en charge 10108) [5].
Sources : Arch. A.F.R., cart. 131, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

DUPRÉ, Georges (1869-1909)

Formation de graveur et ciseleur à l’École des Arts industriels de Saint-Étienne. À Paris en 1883, il travaille comme ciseleur chez Claudius Marioton. Élève de l’École des Beaux-Arts en 1892, il étudie la gravure en médaille avec Roty et la sculpture avec Gabriel-Jules Thomas.

Grand prix en 1896 : Oreste, poursuivi par les Euménides, se réfugie au pied de l’autel dédié à Minerve. Pensionnaire : 1897-1899.
– Travaux de 1897 (1A) : Copie sur acier [2]. Méditation, bas-relief avec vue de la Rome antique [3]. Dessin d’après nature [4]. Un vieillard et un enfant en prière regardant la mer et le soleil se levant à l’horizon, bas-relief [5].
– Travaux de 1898 (2A) : Enfant au masque, creux en acier [4]. Méditation, plaquette en argent É.B.A., prise en charge 10211) [5]. Alma pareils, médaille en plâtre [6]. Deux sanguines, l’une d’après Raphaël, La porteuse d’eau de l’incendie du Bourg, l’autre d’après le modèle vivant [8].
– Travaux de 1899 (3A) : L’Humanité, médaille [1].
Sources : Arch. A.F.R., cart. 133 et 134, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

GRÉGOIRE, René (1871-1945)

Élève de J. Thomas et Henri Dubois.

Grand prix en 1899 : Le villageois et le serpent (La Fontaine). Pensionnaire : 1900-1902.
– Travaux de 1900 (1A) : Copie sur acier d’une médaille antique [2]. Le Temps consolateur, bas-relief en plâtre. Le souffle de la nature, bas-relief en plâtre.
– Travaux de 1901 (2A) : Dessins d’après nature et d’après les maîtres [8]. La Quiétude, gravure sur acier, médaille (Coll. É.B.A., prise en charge 10329). Coffret funéraire.
– Travaux de 1902 (3A) : La Jeunesse inspirant le génie des arts, médaille pour le centenaire de la Villa Médicis [1]. La France civilisatrice, projet de monnaie. La Justice humanitaire, projet de sceau. Sources : Arch. A.F.R., cart. 135 et 136, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

DAUTEL, Pierre-Victor (1873-1951)

Élève de Barrias et Dubois, de Maugendre-Villers et Coutan.

Grand prix en 1902 : Saint Sébastien percé de flèches. Pensionnaire : 1903-1905.
– Travaux de 1904 (2A) : Copie d’après un bas-relief antique [4]. La Douleur, tête d’étude sur acier (Coll. É.B.A., prise en charge 10547) [5]. Projet de monnaie. Médaille de naissance, réduction au galvano. Ronde d’enfants, frise, partie d’un coffret. Portraits de ses camarades, médaillons [non réglementaire].
– Travaux de 1905 (3A) : Médaille [1] . Ensemble de Portraits en médaillon et de Plaquettes de jeunes femmes assises.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 167 et 168, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

MÉROT, Julien-Louis (1876-1956)

Élève de Daniel Dupuis, Barrias, Chaplain, Coutan et Bottée. Entre à l’École des Beaux-Arts en 1896, présenté par Barrias.

Grand prix en 1905 : Arion sur le dauphin. Pensionnaire : 1906-1908.
– Travaux de 1906 (1A) : Copie sur acier d’une médaille antique [2]. La Paix, tête d’étude [3]. Dessin d’après nature [4]. Figure nue représentant un Jeune berger endormi [5]. Sainte Cécile, projet de médaille.
Sources : Arch. A.F.R., cart. 168, non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., registres des matricules.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; ÉDOUARD-JOSEPH ; GUIFFREY, 1908 ; THIEME-BECKER.

DAMMANN, Paul-Marcel (1885-1939)

Élève de Chaplain. Admis à l’École des Beaux-Arts en 1908, présenté par Chaplain.

Grand prix en 1908 : Jeune fille à sa toilette. Pensionnaire : 1909-1911.
– Travaux de 1910 (2A) : Copie d’une figure archaïque, poinçon acier (Coll. É.B.A., prise en charge 10776) [4]. Iole, poinçon acier (Coll. É.B.A., prise en charge 10775) [5].
– Travaux de 1911 (3A) : « Deux jeunes filles placées devant une fontaine, formant le fond de la composition ; l’une des deux, assise sur le sol, les mains croisées sur le genou, regarde sa compagne ; celle-ci se tient debout, penchée en avant et rattachant sa sandale ». [1]
Sources : Bibl. É.B.A., registres des matricules ; Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104 ; Journal Officiel du 26 janvier 1913, p. 868-870.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals.

BÉNARD, Raoul-René-Alphonse (1881-1961)

Élève de Barrias et de Chaplain. Entre à l’École des Beaux-Arts en 1901, présenté par Barrias.

Grand prix en 1911 : L’Inspiration. Pensionnaire : 1912-1914 et 1920.
– Travaux de 1912 (1A) : Dessin d’après l’antique [4]. Méditation, plaquette. Jeunesse, plaquette. Portrait, plaquette.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois des pensionnaires, 1911-1923 », non folioté, liste des envois ; Bibi. É.B.A., registres des matricules.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH.

LAVRILLIER, André-Henri (1885-1958)

Élève de l’atelier Bourdelle et de Chaplain.

Grand prix en 1914 : Un soldat grec, mourant sur l’autel de la Patrie. Pensionnaire : 1919-1922.
– Travaux de 1920 (1A) : Léda, plaquette de bronze. Portrait, plaquette de bronze. Trois portraits, médaillons de bronze. Deux esquisses, projets de médailles en plâtre.
– Travaux de 1921 (2A) : Deux copies sur acier d’après des médailles antiques [1A n° 2]. Au soldat inconnu, plaquette, tête d’étude de 0,25 (Coll. É.B.A., prise en charge 11055) [5]. Deux dessins (un d’après l’antique, l’autre d’après nature) [8]. Andromède (plaquette de 0,30). Portrait, plaquette.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois des pensionnaires, 1911-1923 », non folioté, liste des envois ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH.

LAVRILLIER, Gaston-Albert (1890-1958)

Élève de Vernon, Patey et Injalbert. Entre à l’École des Beaux-Arts en 1910, présenté par Vernon.

Grand prix en 1919 : La Fraternité sur le champ de bataille (fig. 1). Pensionnaire : 1920-1922.
– Travaux de 1920 (1A) : Pan et Nymphe (plaquette décorative, plâtre).
– Travaux de 1921 (2A) : La chasse (plaquette, plâtre).
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois des pensionnaires, 1911-1923 », non folioté, liste des envois ; Bibl. É.B.A., registres des matricules.
Bibliographie : AKL ; BONNAIRE, 1940.

TURIN, Pierre-Louis-Aristide (1891-1968)

Fils d’un bijoutier fabricant, placé jeune dans un atelier où il apprend la gravure sur acier. Son professeur de dessin le fait entrer à l’École des Beaux-Arts. Élève de Vernon, Jules F. Coutan et Patey.

Grand prix en 1920 : Une figure de la Paix qui s’avance, un épi à la main. Pensionnaire : 1921-1924.
– Travaux de 1922 (1A) : Gloria victoribus, médaille [3]. Baigneuse, plaquette.
– Travaux de 1923 (2A) : Coin gravé d’après un bas-relief [4]. Gloria victoribus, poinçon acier, copie de la tête d’étude de l’année précédente (Coll. É.B.A., prise en charge 11084) [5]. Un cadre contenant : une plaquette plâtre (esquisse de La Défense du foyer), trois médailles en bronze, un dessin d’après l’antique et un autre d’après nature [8].
– Travaux de 1924 (3A) : Le Printemps, plaquette plâtre de forme octogonale. Six médailles, bronze et plâtre.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois des pensionnaires, 1911-1923 », non folioté, liste des envois ; « Envois des pensionnaires, 1923-1929 », non folioté, comptes rendus de l’Institut ; Bibi. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; Instantané : Pierre Turin, dans CFM 15, 1967, p. 19 ; THIEME-BECKER.

BAZOR, Lucien-Georges (1889-1974)

Formé à la gravure sur acier dans l’atelier de son père. Élève de Paul Auban et Patey. Entre à l’École des Beaux-Arts en 1914, mais n’y étudie qu’après la guerre.

Grand prix en 1923 : L’âge de pierre ; l’homme primitif guette la proie qui assurera sa nourriture. Pensionnaire : 1924-1926.
– Travaux de 1924 (1A) : Copie sur acier d’une médaille de la Renaissance (Vittorino da Feltre, par Pisanello) [2]. La Tentation, plaquette comportant deux têtes d’étude [3]. Dessin d’après Donatello, Saint Jean-Baptiste de Florence [4]. Le Doute (bas-relief d’après nature), plâtre et bronze [5]. Portrait de Barrère, ambassadeur de France à Rome (plaquette). Six médaillons.
– Travaux de 1925 (2A) : Un magistrat, bas-relief de la frise du Parthénon, copie sur acier (Coll. É.B.A., prise en charge 11136) [4]. Les confidences, reproduction sur acier du bas-relief de l’année précédente (Coll. É.B.A., prise en charge 11137) [5]. Deux dessins, l’un d’après nature, l’autre d’après l’antique [8]. L’éternelle chanson, bas-relief. Une série de 12 portraits.
– Travaux de 1926 (3A) : Les premiers lauriers, bas-relief et reproduction sur acier [1]. Médaille de la Villa Médicis (bronze), au droit, le portrait de Puech, au revers la façade sur jardin (Coll. « musée» A.F.R.).
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois des pensionnaires, 1923-1929 », non folioté, comptes rendus de l’Institut ; « musée » de la Villa Médicis ; Bibl. É.B.A., registres des matricules ; Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH ; finemedals ; Instantané : Lucien Bazor, dans CFM 14,1967, p. 26.

GUIRAUD, Jean-Joseph-Georges (1901-1989)

Élève de Jean Boucher et Patey. Entre à l’École des Beaux-Arts en 1921, présenté par Jean Boucher.

Grand prix en 1926 : Pêcheur attaqué par une pieuvre. Pensionnaire : 1927-1929.
– Travaux de 1927 (1A) : Une étude de nu d’après nature, plaquette. Clémence Isaure, petit bas-relief en forme de sceau pour les jeux floraux. Plusieurs études de la vie courante : Gardeuse d’oies, Chaudronnier, Laveuse. Quelques médaillons.
– Travaux de 1928 (2A) : Copie sur acier d’une Monnaie antique de Naxos (tête de Bacchus au droit, Satyre tenant un cratère au revers) [1A n° 2] (fig. 4). La fenaison (ou L’Agriculture, jeune paysanne portant un panier), modèle de la tête d’expression [1A n° 3]. Gravure sur acier d’un bas-relief antique de l’époque impériale (musée du Capitole) représentant Les dieux de l’Olympe, Pluton [4]. Tête d’expression, gravure sur acier (Coll. É.B.A., prise en charge 11178) [5]. Le Cyclope, ou l’intelligence triomphe de la Force, composition à plusieurs personnages [6]. Dessin d’après les maîtres, Copie de la partie droite de la fresque de Fra Angelico, chapelle du Vatican. Deux dessins d’après nature (dont une Jeune femme à sa toilette) [8].
– Travaux de 1929 (3A) : La Paix protégeant la Société des Nations, médaille [1]. Série de médailles et portraits, dont une Paysanne et des bœufs, un Cheval à l’abreuvoir, une Femme et enfant.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois des pensionnaires, 1923-1929 », non folioté, comptes rendus de l’Institut ; « Envois, rapports de l’Institut, 1930-1939 », non folioté ; Bibl. É.B.A., registres des matricules ; Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940.

GUZMAN, Aleth-Jeanne-Antoinette (1904-1978)

D’abord musicienne (prix de harpe), elle découvre l’art de médaille avec le sculpteur Ovide Yencesse, à Dijon. Élève de Patey et Ségoffin à l’École des Beaux-Arts (1924).

Grand prix en 1929 : L’athlète vainqueur au pentathlon. Pensionnaire : 1930-1932.
– Travaux de 1930 (1A) : Copie d’après l’antique [2]. La Paix, tête d’expression [3]. Dessin d’après nature [4]. Une maternité (femme devant un berceau) [5]. Portrait [non réglementaire].
– Travaux de 1932 (3A) : Copie des deux bas-reliefs latéraux du Trône Ludovisi (acier) [2A n° 4]. Exécution en acier de la tête de première année, La Paix (Coll. É.B.A., prise en charge 11263) [2A n°5]. Médaille pour le cinquantenaire du protectorat tunisien. Médaille pour l’abbaye de Cîteaux [1]. Portrait de M. P. Jouquet, directeur de l’Institut français du Caire, du R. Père Gillet, de M. Charles-Roux, ambassadeur, du Docteur Coupé, de I. Lengrand [non réglementaire].
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Promotions, 1921-1929 » ; « Envois, rapports de l’Institut, 1930-1939 », non folioté ; « Puech, correspondance, 1931 », non folioté ; « Landowski, correspondance, 1933 », non folioté ; catalogue imprimé de l’exposition à la Villa Médicis, mai 1931 (ill.) ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH ; Instantané : Aleth Guzman, dans CFM 13, 1966, p. 25.

MULLER, Louis-Charles (1902-1957)

Élève de Patey, Bouchard et Dropsy.

Grand prix en 1932 : Les adieux. Pensionnaire : 1933-1935.
– Travaux de 1933 (1A) : Lion terrassant un cerf (copie agrandie sur acier d’une médaille grecque) [2] . Amphitrite, tête d’étude [3]. Dessin d’après nature [4]. Le Génie de l’aviation, figure d’après nature en bas-relief [5].
– Travaux de 1934 (2A) : Panathénée, copie d’après l’antique, acier (Coll. É.B.A., prise en charge 11299) [4]. Un cadre de médailles (tous les envois sont en bronze fondu) : 3 plaquettes (portraits), 7 médaillons (portraits divers dont deux avec revers), 3 bas-relief, dont une Amphitrite (Coll. É.B.A., prise en charge 11300) [5]. Autre cadre : grande plaquette en bronze représentant des Nageurs qui se préparent à plonger, 2 aciers (creux et relief), 2 dessins de têtes [8]. Copie d’une des Canéphores du Parthénon. Statuettes de bronze [non réglementaire].
– Travaux de 1935 (3A) : Une grande médaille représentant Persée qui, vainqueur de la Méduse, crée l’égide et l’offre à Minerve [1]. Trois cadres, série de portraits en médaillons et plaquettes.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Promotions, 1933, 34, 35 »; « Envois, rapports de l’Institut, 1930-1939 », non folioté ; « Puech, correspondance, 1932 », non folioté ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104 ; Les envois de Rome, année 1934 (supplément au Bulletin de l’association des élèves et anciens élèves de l’École nationale des beaux-arts, dite « Grande-Masse », n° 86, janv. 1935).
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940 ; ÉDOUARD-JOSEPH ; LAGRIFFOUL, 1966.

DEJAEGER, Albert-Gaston (1908-1992). Voir complémente sur ce : lien

Étudie d’abord à l’École des Arts et Métiers de Roubaix, apprend la sculpture à l’École des Beaux-Arts de Tourcoing, fréquente l’École des Beaux-Arts de Paris, l’atelier de Despiau. Obtient en 1933 le premier prix de sculpture à l’École des arts décoratifs. Élève de Bouchard et Dropsy.

Grand prix en 1935 : La légende et l’Histoire. Pensionnaire : 1936-1938.
– Travaux de 1936 (1A) : Taureau du Latium, fonte 310 x 190 mm. L’Architecture, médaillon. Tête de femme (Africaine). Un dessin d’après nature [4]. Portrait du président des Docks du Nord, médaille. Quatre études d’animaux. Portraits en médaillon. Au total dix-neuf pièces.
– Travaux de 1937 (2A) : Reproduction en acier d’une tête d’étude antérieure [5].
Travaux de 1938 (3A) : Une Tête de taureau, deux Bustes de femme.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Envois, rapports de l’Institut, 1930-1939 », non folioté ; Gravure en médaille : envois de Rome, le année, Dejaegher, dans Bulletin de la Grande Masse de l’École nationale des Beaux-Arts, 115, janv. 1938, pi. 335.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; BONNAIRE, 1940.

JOLY, Raymond-André (1911-1989). Voir ce site : lien.

Apprenti ciseleur en bronze à l’École de la Chambre de commerce, rue Volta (1926), placé chez Courcault, ciseleur, au Faubourg du Temple (1927), chez Delsinne, ciseleur orfèvre, rue de Saintonge (1928), chez Debemy-Peignot, rue du Pressoir (1929), où il apprend la gravure en creux, tout en suivant les cours de la ville, aux Arts appliqués. Décorateur au pavillon de l’URSS à l’Exposition internationale de 1937, il s’initie à la sculpture sur pierre avec Maurice Prost et dessine les antiques aux cours du soir (1938). Élève de Dropsy à l’École des Beaux-Arts, de 1939 à 1942, il est mobilisé en 1940, revient à l’École des Beaux-Arts en 1941.

Grand prix en 1942 : Athéna terrassant le géant Encelade. Pensionnaire : à la Villa Paradisio (Nice) en 1943, revient à Paris, réside à Fontainebleau, puis fait un séjour de quatre mois à la Villa Médicis en 1946.
– Travaux de 1943 (1A) : Une étude de Médaille Renaissance gravée en creux ainsi que 2 petites études d’antique en acier (dont une Tête de Tanit, copiée d’un décadrachme de Carthage (vers 270 av. J.-C ), 0 23 mm) [2]. Une tête d’expression : Les Loisirs intellectuels [3] Un dessin fait à Paris [4] Le moulage d’une figure symbolique : La Nuit (médaille de 0,65 m de diamètre). Cinq médailles fondues en bronze : L’Angoisse, La Misère, La Nuit, Baigneuse, Les Capitales.
– Autres envois : série de Médailles sur l’exode, les sinistrés, les prisonniers. Le prisonnier, figure modelée et fondue, médaillon bronze 0 300 mm. Sceau de Gaucher de Châtillon, connétable de France, copie en creux, cuivre (collection Service des sceaux, Archives de France) Cavalier assyrien, copie dans l’acier, en relief, d’une sculpture appartenant au musée du Louvre, 75 x 75 mm [2A n° 4]. Homme nu lisant, figure dessinée, crayon Conté, 620 x 620 mm.
Sources : Arch. A.F.R., cart. sur les envois de 1943, compte rendu de l’Institut.
Bibliographie : Raymond Joly : un médailleur d’aujourd’hui, (catalogue de l’exposition de la Monnaie de Paris, 1967), Paris, 1967.

TSCHUDIN, Raymond (1916-)

Fils d’un médailleur, élève de Dropsy à l’École des Beaux-Arts Captivité de 1940 à 1943.

Grand prix en 1945 : Le cortège d’Amphitrite. Pensionnaire : 1946-1948.
– Travaux de 1946 (1A) : Copie en creux d’une Médaille Renaissance [2]. Tête d’expression (visage d’enfant) [3]. Plaquette (70 x 60 cm) intitulée Bain de Nausicae, comprenant une figure centrale nue, sertie d’éléments décoratifs. Médailles fondues, compositions et portraits [non réglementaire].
– Travaux de 1947 (2A) : « Œuvre originale » (Coll. É B.A , prise en charge 11460).
– Travaux de 1948 (3A) : « Un bas-relief rond, composé à la manière dont les artistes grecs du Ve siècle avant J.-C. ordonnaient leurs peintures sur les vases de terre cuite ». Non exposés : La chasse (bas-relief), portraits d’hommes destinés à être fondus, « une Médaille de l’Académie de France à Rome portant à l’avers, répartis dans le champ de la médaille, les cinq arts (peinture, sculpture, architecture, gravure et musique) et au revers la Villa Médicis et ses jardins », d’autres médailles (dont l’Histoire et la légende de Jeanne d’Arc).
Sources : Arch. A.F.R., cart. sur les envois de 1946-1948, comptes rendus de l’Institut ; Bibi. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Instantané : Raymond Tschudin, dans CFM 8, 1965 ; Raymond TSCHUDIN, Pour une médaille enrichie d’émaux, dans CFM 5, 1964, p. 12-13.

FRANCE, Jules Ferdinand (1920-)

Élève de l’École des Beaux-Arts de Valenciennes (1936-1939), de Dropsy à l’École des Beaux-Arts de Paris et de l’École nationale supérieure des Arts décoratifs (1939), il s’engage pour la durée de la guerre. Professeur de décoration à l’École des métiers d’art de Paris (1946).

Grand prix en 1948 : Près d’une vasque, des jeunes filles procèdent à leurs ablutions. Pensionnaire : 1949-1951.
– Travaux de 1949 (1A) : Copie en creux et dans l’acier d’une Médaille de la Renaissance italienne [2]. Une tête inspirée de l’antique entourée d’une légende latine [3]. Un portrait d’homme. Une tête de femme dont le cou et l’épaule semblent revêtus d’une armure. Un saint Éloi. Un homme accroupi sur le sol ayant au-dessus de lui de petits avions (l’Industrie ?), au revers, une chaîne cassée (la Liberté ?).
– Travaux de 1950 (2A) : Deux coins gravés en creux sur acier : Darne Teuthapie, reproduite (de face) d’après le sarcophage momiforme du Musée d’antiquités égyptiennes, et tirage en plâtre teinté [4] ; reproduction de la tête d’étude (profil) avec la devise Vinculum amoris est idem et tirage en plâtre (Coll. É.B.A., prise en charge 11495) [5]. Scène dramatique, bas-relief pour la composition d’une plaquette à plusieurs personnages, d’après une légende populaire (40 x 50 cm) [6]. Série de dessins [8]. Deux portraits modelés. Trois médailles religieuses (Saint Nicolas, le Baptême du Christ, Saint Pierre).
– Travaux de 1951 (3A) : « Une seule médaille ne comportant pas de figure. L’avers se compose ainsi : un ruban coupe obliquement la médaille d’un bord à l’autre. Ce ruban découpé et sinueux représente une rivière. Au-dessus et à gauche une usine et un autre bâtiment. Au-dessous et à droite un arbre. Au revers quelques ornements et une inscription » [1].
Sources : Arch. A.F.R., cart. sur les envois de 1949-1951, liste des travaux et comptes rendus de l’Institut ; Bibl. É.B.A., Inventaire général des collections d’art, vol. I, p. 104.
Bibliographie AKL ; BÉNÉZIT ; Instantané : Jules France, dans CFM 6, 1965, p. 23.

CHARPENTIER, Michel (1927-)

Élève de l’École des Beaux-Arts de Paris.

Grand prix en 1951 : Initiation à la danse. Pensionnaire : 1952-1954.
– Travaux de 1952 (1A) : La copie en creux d’une pièce de Monnaie de la Grèce antique [2]. Plusieurs Dessins d’animaux relevés sur des bas-reliefs du musée de Delphes [4]. Un ensemble de figures en bas-relief, formant« cadran solaire », d’un diamètre de 180 cm (figuration des travaux des hommes durant la journée) [5]. Médaille commémorative du 150e anniversaire de l’installation de l’Académie de France à la Villa Médicis, modèle en cire du plâtre destiné à l’Administration des monnaies, pour exécution.
– Travaux de 1953 (2A) : Le capitaine de vaisseau Des. Essarts, reproduction sur acier de la tête d’étude [5]. Les cavaliers de l’Apocalypse, modèle en plâtre de médaille (90 cm de diamètre) [6]. Dessins d’animaux, de palais italiens, de barques de pêche faits au cours de voyages [8]. Plusieurs médailles. Coin gravé d’une composition représentant Saint Michel.
– Travaux de 1954 (3A) : Adam et Ève, modèle de médaille en plâtre (0 45 cm). Exécution en creux d’une médaille de Saint Christophe (0 72 mm). Série de médailles fondues : Instruments d’orchestre, animaux, cavaliers et portraits.
Sources : Arch. A.F.R., cart. sur les envois de 1952-1954, liste des travaux et comptes rendus de l’Institut.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT ; Jean-Pierre DELARGE, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Paris, 2001 ; Instantané : Michel Charpentier, dans CFM 5, 1964, p. 26.

DEVIGNE, Jacques (1925-)

À l’École Boulle, il fréquente la classe de gravure sur acier, élève de Cannée et d’Hertenberger. Élève ensuite de Dropsy à l’École des Beaux-Arts.

Grand prix en 1954 : Sous la ramure d’avril, des jeunes filles jouent des mélodies pour les oiseaux qui chantent. Pensionnaire : 1955-1958.
– Travaux de 1955 (1A) : Copie de Monnaie grecque gravée sur acier [2]. Deux gravures en creux sur acier, Saint Christophe et Saint Fiacre. Saint Richard, taillé dans le bois. Deux médailles modelées à la dimension définitive, Adoration des bergers et La Vierge à l’enfant. Cinq portraits « composés sans buste, le cou coupé assez court, sans légende ni inscription ».
– Envois pour 1956 (2A) : Victoire ailée, d’après un stuc de l’époque d’Auguste conservé au Museo Nazionale Romano, plaquette [de 10 cm de hauteur] (cuivre, gaufrage) [4]. Tête d’étude, La Force, médaille (acier au tour) [5]. Saint Bertrand, médaille (terre cuite). Christ en croix, étude, bas-relief (bronze, cire perdue). Calvaire, étude, médaille (bronze, cire perdue). Christ, médaille (bronze, cire perdue). Charité, bas-relief (bronze, cire perdue). Prospérité dans le temps, médaille (bronze, cire perdue). Cinq portraits (bronze, cire perdue). Dix dessins.
– Envois pour 1957 (3A) : La danse, composition en cire à plusieurs personnages et reproduction en acier de cette plaquette (72 mm dans la plus grande dimension) [1]. Saint Bertrand, acier. Deux Portraits d’enfants. Série d’études de médailles (droit et revers) pour la reproduction.
Sources : Arch. A.F.R., cart. sur les envois de 1955-1957, liste des travaux et comptes rendus de l’Institut ; catalogue de l’exposition à la Villa Médicis, 11-22 mai 1957.
Bibliographie Instantané : Jacques Devigne, dans CFM 14, 1967, p. 31.

ROUSSEAU, Émile (1927-2010)

D’abord attirépar la peinture, élève de l’École Boulle (1942-1945) où il apprend la gravure, puis de Dropsy à l’École des Beaux-Arts (1946). Deuxième second grand prix de Rome en 1954, il séjourne six mois à la Casa Velasquez (médaillon du Gréco, Semaine sainte à Séville).

Grand prix en 1957 : Naissance d’Eve. Pensionnaire : 1958-1961.
– Travaux de 1958 (1A) : Copie gravée en creux d’une médaille italienne du XVe siècle (à l’effigie de Constantin) qui a pour sujet L’invention de la vraie Croix [2]. Médailles modelées, dont Le voile de Véronique PI. Médaille de la Villa Médicis, axée en creux sur acier (au droit la façade sur le viale Trinità dei Monti, au revers les jardins de la villa et les armes des Médicis). Médailles fondues modelées, Annonciation, Portrait de fillette, Etude de nu, Portrait de Mme R. Portrait de jean XXIII, médaille destinée à être réduite. Médaille de Pucinella bâtonnant le diable dans un petit théâtre, au revers, les spectateurs captivés.
– Travaux de 1959 (2A) : Coin gravé, d’après un Bas-relief en stuc de la basilique pythagoricienne de la Porta Maggiore (envoi), taille directe sur acier [4]. Sainte face (envoi), taille directe sur acier [5]. Christ au jardin des oliviers (envoi) [61. Palio de Sienne (face et revers) fonte. Claude Debussy (face et revers [symphonie Nuages]), fonte. Palais Farnèse, ambassade de France en Italie (face [façade sur jardin] et revers [armes de Paul III Famèse), fonte [Ø 10 cm]. Charles de Gaulle, président de la République française, président de la Communauté, fonte. Portrait de M. H.Z., fonte. Portrait de M. S.M., fonte. Le petit frère, fonte. Médaille commémorative des feux Olympiques, taille directe sur acier. Médaille de récompense des Jeux Olympiques, taille directe acier. Projet de monnaie française, pièce de 20 centimes [coq de face], taille directe sur acier. Peintures. Dessins.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Promotion 1957-1958 » ; cart. sur les envois de 1958-1960, liste des travaux et comptes rendus de l’Institut ; catalogue de l’exposition à la Villa Médicis, 19 mai-5 juin 1960.
Bibliographie Instantané : Émile Rousseau, dans CFM 9, 1965, p. 7.

ASSELBERGS, Jean (1928-)

Premières études à l’École municipale de dessin de Nice, élève de l’École nationale supérieure des Arts décoratifs, puis de l’École des Beaux-Arts (1947). Après un premier second grand prix de Rome (1954), il obtient une bourse de voyage en Grèce. Pensionnaire de la Casa Velasquez (1958-1959).

Grand prix en 1960 : La belle et la bête. Pensionnaire : 1961-1964. Proposé par Balthus en 1965 pour la célébration du tricentenaire de l’Académie de France à Rome.
– Travaux à Rome : Épée de Dante, ciselée. Médaille de la Villa Médicis.
Sources : Arch. A.F.R., cart. « Comptes 1966, budget, projet de célébration 3e centenaire ».
Bibliographie : Instantané : Jean Asselbergs, dans CFM 16, 1967, p. 49.

BOYER, Janine

Grand prix en 1963 : Jeunes filles faisant un bouquet. Pensionnaire : 1964-1967.

MONDINEU, Denis-Jean-Marie-Philippe (1942-)

Peintre et graveur, élève de l’École Boulle puis de l’École des Beaux-Arts.

Grand prix en 1966 : Jacob et l’ange. Pensionnaire : 1967-1970.
Bibliographie : AKL ; BÉNÉZIT.