Nicolas Salagnac

Lyon l’envers des endroits. Lyon Citoyen, par Frédéric Guignard-Perret

Article de « Lyon Citoyen » avril 2007. Écrit par Frédéric Guignard-Perret, photo Muriel Chaulet pour la ville de Lyon.

GRAVER SANS CÉDER

Fragilisé par les impitoyables exigences du temps, l’art ancestral du graveur médailleur concède des étapes sans pour autant céder son âme à la haute technologie. Gravée dans l’acier, la mémoire de la Cité administre ici un joli revers à l’endroit des fossoyeurs du noble geste de l’artiste artisan. Et un étincelant petit bout de Lyon, signé Salagnac, touche les cœurs et parcourt fièrement le – beau – monde…

CERTAINEMENT L’UNE DES PLUS BELLES MARQUES DE RECONNAISSANCE DE LA PART DE LA VILLE, LA MÉDAILLE OFFICIELLE S’OFFRE PAR TRADITION AUX CHEFS D’ÉTATS, hautes personnalités locales, nationales ou internationales, acteurs méritants de la vie et du rayonnement de la Cité…
Clint Eastwood, réalisateur, Marc Colin, ancien président de la MJC du Vieux Lyon, ou Jorge Sampaio, président de la République du Portugal, derniers récipiendaires en date de ce petit trésor carré, d’or et de bronze, complètent la liste d’une petite centaine de privilégiés par an. Au-delà du geste honorifique et protocolaire, chargé de symbole, s’échange un objet d’art de valeur, signé d’un graveur lyonnais, Meilleur ouvrier de France et édité par la prestigieuse institution de la Monnaie de Paris. Cette vue de 90 mm de côté sur l’Hôtel de Ville, l’Opéra et l’Est de la ville, depuis le beffroi, rejoint la collection sonnante et trébuchante, conservée au médailler du musée des Beaux-arts, de plusieurs siècles de pages d’histoire lyonnaise gravée puis frappée dans le métal.
Si cette nouvelle production atteste de la bonne santé artistique et symbolique d’une valeur sûre du marché de la distinction, elle porte aussi le supplément d’âme et la qualité d’un art ancestral aujourd’hui menacé par des machines qui ne font pas de détails… Pot de terre contre pot de fer, au nom du savoir-faire!

Donner la vie
Complètement fasciné par le travail des anciens, Nicolas Salagnac marche aujourd’hui sur leurs traces, portant avec humilité, respect et fidélité le lourd héritage technique et artistique de plusieurs siècles de graveurs médailleurs. Moderne, ce jeune artiste déploie toute son énergie pour faire se compléter et cohabiter qualité du savoir-faire traditionnel et nouvelles technologies. La machine, dès lors que l’on en connaît les limites, ne doit être qu’une étape dans le processus de réalisation d’une médaille. L’artiste crée le motif, le réalise à plus grande échelle en plâtre, puis en résine, avant de laisser au tour à réduire le soin de dégrossir les traits de son œuvre dans une matrice d’acier. Puis la lumière, le détail, la chaleur et la vie de la médaille naissent du talent de l’homme à manier les onglettes, échoppes, ciselets, traçoir…
La matrice d’acier est terminée. Chaque médaille, unique, y est frappée, chargée d’histoire, de talent… et bientôt d’émotion.

3 questions à Nicolas Salagnac, artiste médailleur à Lyon

1. Formation ?
L’école Boulle à Paris avec mon “Maître” Pierre Mignot (professeur de gravure en modelé) pour décrocher un diplôme des métiers d’art en 1990. Une passion était née. Depuis, elle anime ma vie pour parfaire et accompagner dans le temps un savoir et une culture unique.

2. Objectif ?
Je suis tenace et passionné. Toute mon énergie se concentre sur la reconnaissance d’une qualité de travail empreinte des gestes traditionnels de l’artiste médailleur. La rentabilité doit cohabiter avec le supplément d’âme du graveur… Une belle médaille mérite bien ça !

3. Initiatives ?
Des concours pour régulièrement peaufiner mon savoir-faire pour la “gloire”, passé et à venir, de mon métier… Je contribue à l’organisation des Meilleurs ouvriers de France… Une expo sur l’histoire de la médaille…, un livre en projet, plein de médailles… Je ne lâche rien !