Nicolas Salagnac

Médaille Fernand BELLIN, guide honoré en 2008

Médaille Fernand BELLIN, guide honoré en 2008

Médaille Fernand BELLIN, guide honoré en 2008

Traditionnellement et depuis plus de 50 ans, un guide (un illustre ancien décédé) qui se distingue par sa personnalité et son action est à l’honneur tous les ans à l’occasion de la fête des guides. Une médaille à son effigie, gravée par Nicolas Salagnac sera en vente au profit de la Caisse de Secours, le 15 Août 2008 à Chamonix.

La médaille 2008 est pour Fernand BELLIN, éditée en tirage limitée à 60 exemplaires, diamètre 65 mm, uniface en bronze patiné, par la maison Pichard-Balme à Saumur.

Cette médaille sera en vente aux profits de la Caisse de secours de la Compagnie des Guides de Chamonix.

Quelques lignes sur ce guide hors norme.

Fernand BELLIN est Né le 20 juillet 1905 à Chamonix.

Personnage original, bienveillant et attachant, il ne se mit jamais en avant mais n’en était pas moins un très fort grimpeur !
 son palmarès figurent les plus grandes courses du Massif du Mont-Blanc.
De part son agilité et son audace, il étonna et surprit ses contemporains. D’ailleurs, Roger FRISON-ROCHE, dans un de ses livres, qualifia Fernand BELLIN comme étant : « un véritable acrobate du rocher, grimpeur d’une rapidité étonnante ». De même, Gaston REBUFFAT souligna en parlant de Fernand : « Il grimpait d’instinct, comme un chat ».
D’autres dirent : « De tous les guides de sa génération, Fernand BELLIN était sans conteste le plus doué par la nature ».

Achat de la médaille sur le site de la Compagnie des guides de Chamonix.
Plus d’information sur le site de la Compagnie des Guides de Chamonix.

Les médailles honorifiques des guides

En 1961, Alfred PAYOT, président de la caisse de secours et Roger Frison ROCHE ont l’idée de faire frapper chaque année, pour la fête du 15 août, une médaille en bronze a l’effigie d’un guide reconnu pour ses mérites. Le bénéfice de ces ventes devait alimenter la caisse de secours.

L’idée plut à Elie PELLEGRIN, maître graveur, qui devint le réalisateur bénévole de ces médaillons et des médailles montées en porte-clefs.

Elie PELLEGRIN est né en 1914 à la Seyne-sur-mer et fut d’abord dessinateur de la Marine à Toulon. Il épousa en 1941 une jeune chamoniarde, Suzie BOSSONNEY. Un an plus tard, après le sabordage la flotte française dans le port de Toulon, il fut contraint de se replier aux Praz de Chamonix, où il chercha une activité.
Mettant à profit ses études des Beaux Arts de Toulon et concrétisant ses goûts pour la sculpture, il créa une série de statuettes en bois représentant la Vierge et quelques Saints. Le hasard lui fit rencontrer un représentant qui lui assura le placement de sa production avec un tel succès qu’il ne put suivre le rythme des commandes. Il s’orienta vers la fonte en bronze de ses modèles pour un meilleur rendement. Puis il s’intéressa à l’émaillage. Après une visite a la Monnaie de Paris, il décida de créer des médailles frappées comme des pièces de monnaie et se il se procura tout le matériel nécessaire.

Élie réalisa plus de 200 modèles et, en 1991, il prit sa retraite d’artisan. Pourtant, pendant trois ans encore, il continua à créer les modèles en plâtre des médaillons de la compagnie, qui furent ensuite frappés à la Monnaie de Paris. La retraite d’Elie est loin d’être oisive. Entre 2 parties de golf, il aime sculpter dans le bois d’émouvants petits modèles, et réaliser des pièces émaillées. Son atelier n‘est pas seulement un lieu de travail, c’est aussi son lieu de prédilection.

Le talent d’Elie PELLEGRIN nous a valu les trente-deux premières médailles éditées au profit de la caisse de secours et à commencer une aventure que les membres de la compagnie des Guides veulent perpétuer.

À la suite d’Elie, c’est Claude CARDOT un autre graveur, Meilleur Ouvrier de France avec qui la Compagnie s’est “encordée” pour éditer chaque année une nouvelle médaille. Depuis 2007, c’est un nouveau graveur médailleur qui réalise ses médailles. Il s’agit de Nicolas SALAGNAC, Meilleur Ouvrier de France, lui aussi.