Nicolas Salagnac

Médaille Jean RAVANEL, guide honoré en 2007

Médaille Jean RAVANEL, guide honoré en 2007

Médaille Jean RAVANEL, guide honoré en 2007

Traditionnellement, un guide (un illustre ancien décédé) qui se distingue par sa personnalité et son action est à l’honneur tous les ans à l’occasion de la fête des guides. Une médaille à son effigie, gravée par Nicolas Salagnac sera en vente au profit de la Caisse de Secours, le 15 Août 2007 à Chamonix.

Médaille Jean RAVANEL, d’un diamètre de 65mm, frappée en bronze et patinée.
Médaille éditée en france par la Maison Pichard Balme à Saumur.
Tirage limité de 60 pièces, au prix de 80 euros TTC pièce (vendue par la Compagnie des Guides pour la Caisse de secours).

Les médailles honorifiques des guides

En 1961, Alfred PAYOT, président de la caisse de secours et Roger Frison ROCHE ont l’idée de faire frapper chaque année, pour la fête du 15 août, une médaille en bronze a l’effigie d’un guide reconnu pour ses mérites. Le bénéfice de ces ventes devait alimenter la caisse de secours.

L’idée plut à Elie PELLEGRIN, maître graveur, qui devint le réalisateur bénévole de ces médaillons et des médailles montées en porte-clefs.

Elie PELLEGRIN est né en 1914 à la Seyne-sur-mer et fut d’abord dessinateur de la Marine à Toulon. Il épousa en 1941 une jeune chamoniarde, Suzie BOSSONNEY. Un an plus tard, après le sabordage la flotte française dans le port de Toulon, il fut contraint de se replier aux Praz de Chamonix, où il chercha une activité.
Mettant à profit ses études des Beaux Arts de Toulon et concrétisant ses goûts pour la sculpture, il créa une série de statuettes en bois représentant la Vierge et quelques Saints. Le hasard lui fit rencontrer un représentant qui lui assura le placement de sa production avec un tel succès qu’il ne put suivre le rythme des commandes. Il s’orienta vers la fonte en bronze de ses modèles pour un meilleur rendement. Puis il s’intéressa à l’émaillage. Après une visite a la Monnaie de Paris, il décida de créer des médailles frappées comme des pièces de monnaie et se il se procura tout le matériel nécessaire.

Élie réalisa plus de 200 modèles et, en 1991, il prit sa retraite d’artisan. Pourtant, pendant trois ans encore, il continua à créer les modèles en plâtre des médaillons de la compagnie, qui furent ensuite frappés à la Monnaie de Paris. La retraite d’Elie est loin d’être oisive. Entre 2 parties de golf, il aime sculpter dans le bois d’émouvants petits modèles, et réaliser des pièces émaillées. Son atelier n‘est pas seulement un lieu de travail, c’est aussi son lieu de prédilection.

Le talent d’Elie PELLEGRIN nous a valu les trente-deux premières médailles éditées au profit de la caisse de secours et à commencer une aventure que les membres de la compagnie des Guides veulent perpétuer.

À la suite d’Elie, c’est Claude CARDOT un autre graveur, Meilleur Ouvrier de France avec qui la Compagnie s’est “encordée” pour éditer chaque année une nouvelle médaille.
Cette année, pour honorer Jean RAVANEL, c’est un nouveau graveur – médailleur qui a réalisé son portrait. Il s’agit de Nicolas SALAGNAC, Meilleur Ouvrier de France, lui aussi.

Guide honoré à la fête des guides 2007


Jean RAVANEL (1871 – 1913) Guide en 1895.
Né au hameau des Iles, à Argentière, d’une famille de cultivateurs chargés de neuf enfants. Ses frères Camille, Alfred et Joseph « le Rouge » étaient tous guides.
Sa gentillesse lui avait valu le surnom de « Bon Diandian ». Sa dextérité fera de lui, malgré une trop courte carrière, un excellent guide. On le retrouve, effacé et discret, dans la plupart des premières ouvertes par son frère « le Rouge ».
Habitué à marcher ensemble le grand alpiniste Emile FONTAINE dira de lui : « il était d’une grande habilité, laquelle se révélait surtout dans la montagne. Vif, alerte, infatigable, il se jouait des obstacles avec une adresse extraordinaire ».

Premières effectuées avec son frère Joseph et l’alpiniste Emile FONTAINE :
– 1ère traversée des Charmoz
– Arête NW de la pointe N de Blaitière 26 juin 1901
– Aiguille du Fou le 16 juillet 1901
– Versant NW de la pointe de Pré de Bar le 17 juin 1904
– Le Grand Gendarme des Rouges du Dolent le 29 juin 1903
La liste n’est probablement pas complète…

Ecrit par la Compagnie des Guides de Chamonix.