Nicolas Salagnac

Médaille « Le logement social, en région lyonnaise »

Médaille « Le logement social, en région lyonnaise »

Médaille « Le logement social, en région lyonnaise »

médaille_Eiffage_Logement_social_10e_derChaque année nous vous proposons un hommage complémentaire à l’initiative d’un personnage ou d’un groupe de personnes reconnues pour de grandes réalisations dans la région lyonnaise.
Après nous être intéressés notamment à de grandes personnalités de l’enseignement et de la gastronomie, nous avons retenu pour 2014 le thème du logement social avec quelques-uns de ceux qui ont largement contribué à son développement, son évolution et sa meilleure intégration au cœur de la cité.

Au-delà de l’immense intérêt de cette thématique, c’est l’évolution des nombreux aspects de la société que raconte l’histoire du logement social et aussi, toute proportion gardée, une part importante du parcours de notre entreprise, toujours largement mobilisée depuis l’origine, et quelles que soient les circonstances, dans la construction et la réhabilitation du patrimoine immobilier social.
Bien sûr nous avons demandé une fois encore au graveur médailleur Nicolas SALAGNAC, Meilleur Ouvrier de France, de mettre son art au service de ce projet.

Nous remercions le Professeur Bruno BENOIT et le Président Jean-Pol DONNÉ pour leur contribution éclairée à la rédaction de ce livret. Et puis merci vivement à Monsieur le Sénateur-Maire de Lyon d’avoir bien voulu accepter d’en rédiger l’éditorial.

Michel CHENEVAT, Directeur régional EIFFAGE CONSTRUCTION CENTRE-EST et Dominique GAUDIN, Directeur EIFFAGE CONSTRUCTION RHONE

Editorial du Maire

Il n’est pas de question plus cruciale pour une ville que celle du logement social, symbole de sa capacité à faire vivre ensemble toutes les populations. A Lyon comme dans beaucoup d’autres cités industrielles, cette question s’est posée avec acuité à partir du 19e siècle, au moment où l’afflux des travailleurs en milieu urbain fit apparaître son triste corollaire : la misère ouvrière. Parcourir les écrits de Flora Tristan ou de Jules Michelet permet d’entrevoir la dureté de leur condition de vie et de comprendre l’ampleur du chemin parcouru depuis.

Ce chemin, Lyon put le tracer plus tôt que d’autres grandes villes grâce à l’engagement de quelques grands noms du patronat empreints d’humanisme. Une double tradition, fruit à la fois du catholicisme social et du saint-simonisme, avait en effet placé notre Cité au centre de la réflexion sur la responsabilité sociale des entreprises. Avec Victor Augagneur puis Edouard Herriot, l’action publique se saisit à son tour de la question du logement, notamment à partir de la loi du député du Rhône Laurent Bonnevay, créant les offices publics d’Habitations à Bon Marché.

Cette histoire est constitutive de notre identité. Elle a continué à inspirer un modèle volontariste mêlant initiatives privées, comme celles de Bernard Devert avec Habitat et Humanisme et investissements publics, avec de grands projets de renouvellement urbain. La force de ces réalisations est de porter à la fois sur la quantité des logements produits, sur leur qualité – afin d’offrir à tous les mêmes conditions de vie – et sur leur répartition car la mixité sociale est une richesse et le gage d’une métropole réussie.

Je salue le talent de Nicolas Salagnac qui est parvenu à saisir avec justesse les personnalités et les paysages urbains représentatifs de cette avant-garde lyonnaise en matière de logement social.

Dans l’un des ses derniers ouvrages, l’Abbé Pierre, – dont l’appel de l’hiver 54 avait bouleversé la France -, avait eu ces mots prophétiques sur notre époque : « Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, écrivait-il, on ne se sauvera pas les uns sans les autres. Il faudra retrouver une place pour chacun, une place utile ». Puissions-nous nous inspirer longtemps de sa vision et continuer à construire des villes où la réussite est collective.

Gérard COLLOMB, Le Maire de Lyon.

LE LOGEMENT SOCIAL, de Bruno BENOIT

L’association du substantif « logement » avec l’adjectif « social » est récente et devient une question d’actualité pour les pouvoirs publics à la suite d’enquêtes de médecins, en particulier celle de Louis René Villermé en 1840 rapportée dans son Tableau de l’état physique et moral des ouvriers dans les fabriques de coton, de laine et de soie. Évoquer le logement social est donc contemporain du double phénomène qui touche l’Europe et, en particulier la France, au XIXe siècle, à savoir l’industrialisation et l’urbanisation. Les conditions de logement sont alors effroyables, car les villes industrielles ont crû sans que le moindre équipement collectif fût mis en place. La Fabrique des tissus de soie, plus ancienne à Lyon que la première industrialisation du XIXe siècle, n’avait pas non plus apporté, dans le domaine du logement, des réponses satisfaisantes, si l’on en croit Jules Michelet ou Flora Tristan.
villeurbanne-gratte-ciel-11bFace à l’urgence de la situation, les pouvoirs publics se penchent sur la question du logement pour faire reculer l’insalubrité du logement ouvrier, mais aussi pour répondre à l’insuffisance de logements dans les villes qui ont connu une croissance démographique forte : Lyon passe de 321 000 habitants en 1876 à 460 000 en 1911 ; quant à Villeurbanne, la population passe de 10 000 habitants en 1883 à 29 220 en 1901 ! Si les édiles urbains s’intéressent en priorité au logement, c’est que le logement insalubre est responsable de l’accroissement de la morbidité et de la mortalité, mais aussi qu’au-delà des pathologies physiologiques dont il est porteur, il est également responsable de pathologies sociales qui font que les classes laborieuses sont, pour la bourgeoisie, des classes dangereuses.

Jules Courmont n&b-aConstruire du logement social s’inscrit dans une démarche hygiéniste défendue par des médecins depuis le Second Empire et qui, à Lyon, voit dans le professeur Jules Courmont (1865-1917) un de ses propagandistes les plus talentueux. En effet, le recensement de 1896 révèle que plus de la moitié des logements lyonnais sont de une ou deux pièces, ce qui ne correspond pas à la taille des ménages de Vaise, de La Guillotière ou de derrière les voûtes de Perrache, et sont sans point d’eau, ni cabinet d’aisance.
En janvier 1914, le Conseil municipal de Lyon constate que : « La cité lyonnaise est une ville de taudis, de foyers meurtriers, malsains moralement et physiquement où la tuberculose, la débauche et l’alcoolisme sévissent ».

Victor Augagneur_Maire_de_Lyon_261aLa nécessité de construire des logements sociaux, c’est-à-dire destinés « aux familles nombreuses et aux personnes peu fortunées vivant principalement de leur salaire » selon la définition de la population pouvant prétendre aux HBM (habitations à bon marché), est encouragée par la loi Siegfried de 1894. L’année suivante, l’État légifère dans le domaine du logement social en mettant en avant les initiatives privées et en encourageant les municipalités à agir dans ce sens avec l’aide de la Caisse des dépôts et consignations et des bureaux de bienfaisance. Le patronat lyonnais, dans la tradition de l’humanisme propre à cette ville, mais aussi du saint-simonisme et du catholicisme social qui animent les élites lyonnaises, dont l’illustration la plus parfaite en cette fin du XIXe siècle est la « bande à Édouard Aynard », fait œuvre de bâtisseur en construisant des logements à bon marché. Quant au premier maire de Lyon à s’intéresser à la question du logement social, même de façon timide, est le socialiste Victor Augagneur (1900-1905) qui, en 1903, dans le cadre de son socialisme municipal qui lui sert de programme, lie hygiène publique et logement décent.

états Unis Tony Garnier-a

photographie © Musée Urbain Tony Garnier

Il faut cependant attendre 1909, sous le deuxième mandat municipal d’Édouard Herriot, pour que la ville s’engage plus avant dans le domaine du logement social. Il est alors défini les gabarits des immeubles selon la largeur des rues en fonction du plan d’alignement, mais aussi les éléments de confort des nouvelles constructions.
La politique du maire Herriot, qui s’inscrit dans la continuité du socialisme municipal augagneuriste, bute sur une situation particulière à Lyon, l’emprise foncière détenue par les Hospices civils de Lyon qui, en ne consentant que des baux de 18 ans, incitent les constructeurs à n’édifier que des immeubles amortissables dans ce délai, c’est-à-dire des « taudis neufs » ! Herriot, outre ce constat qu’il dénonce, impute également la faiblesse de l’action municipale au manque d’initiative que l’État laisse aux municipalités.

Laurent_Bonnevay-1929aLa loi de 1912 du député du Rhône Laurent Bonnevay (1870-1957), autorisant les municipalités à créer des offices d’habitation à bon marché, ouvre une période nouvelle.

Une commission, où siègent Jules Courmont, Charles Meysson, architecte en chef de la ville, Camille Chalumeau, directeur de la voirie municipale et l’architecte urbaniste Tony Garnier, est chargée, le 4 octobre 1912, du projet, devant allier beauté et santé, d’extension du logement social sur la rive gauche du Rhône, en particulier dans le nouveau 7ème arrondissement.

tony garnier en personne 2aLe projet est présenté lors de l’exposition internationale et urbaine de 1914 qui a pour vocation de faire de Lyon une ville nouvelle, moderne et salubre pour ses habitants, et devant servir de modèle au pays tout entier.

Si La Grande Guerre interrompt l’action municipale dans le domaine du logement, celle-ci reprend vigueur avec la paix revenue, surtout que la crise du logement ne cesse de s’accentuer.  Le 29 mai 1920, la ville de Lyon crée l’Office public municipal des HBM, mais la situation ne s’améliore que lentement, comme l’indique le recensement de 1926 qui donne une proportion de logements insalubres de 20%. Le problème ne vient pas tant de l’augmentation de la population qui connaît une certaine stabilisation à Lyon, mais de la dégradation de la qualité des logements et de l’absence de construction dans la catégorie du logement social. Il semble que la loi Loucheur du 13 juillet 1928, qui porte le nom du ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, donne un coup de fouet au rythme de construction. En effet l’État, par le biais de la Caisse des dépôts et consignations, s’engage davantage en participant à l’effort attendu par les municipalités dans le domaine du logement social.

En 1952, pour les 80 ans du maire Édouard Herriot, une plaquette portant sur le bilan du maire annonce que 4 401 logements HBM ont été construits entre 1920 et 1939 par l’Office municipal, dont un tiers dans les années Trente dans le quartier des États-Unis, mais aussi à Montchat, Monplaisir, Vaise, Perrache, Gerland et la Croix-Rousse. La ville peut aussi apporter son concours, sous forme de garantie d’intérêt des emprunts ou de cessions de terrains à bâtir à bon marché, à des sociétés privées, telles les Sociétés coopératives d’habitations à bon marché – L’effort prolétarien – ou les Sociétés anonymes d’habitation à bon marché – Les ateliers-logis pour les tisseurs lyonnais – ou encore les habitations hygiéniques à bon marché et pour familles nombreuses de Lyon.

Au moment où Lyon dynamise sa construction de logement social, Villeurbanne, sous la houlette de son maire socialiste Lazare Goujon, construit les fameux Gratte-ciel qui font partie d’un plan d’urbanisme global avec mairie et palais du Travail, afin de doter Villeurbanne d’un centre, mais aussi de répondre, comme le dit le maire le 1er août 1930, à certains problèmes urgents, tel le logement des habitants, la population ayant quadruplé en 40 ans, passant de près de 20 000 habitants en 1896 à 78 000 habitants en 1934. L’Office municipal soutenu par des aides de l’État avait déjà construit trois groupes de HBM, mais les aides tardant à venir, le budget municipal était en déficit. Devant la carence de l’État et des finances municipales limitées, le Conseil municipal signe avec le Comptoir d’Entreprises et de Travaux urbains de Paris un contrat mettant à la charge de l’entreprise la construction en échange d’un bail emphytéotique de 60 ans sur les 1 450 logements à loyer modéré construits. L’ensemble est inauguré en juin 1934.

Le vote de la loi sur les HLM en 1950 donne un nouveau coup de pouce à la construction de logements sociaux.
Améliorer le logement fait partie des indications du premier plan sur lequel s’appuie la Reconstruction de la France après la seconde guerre mondiale. Il faut alors répondre à la croissance démographique du « baby boom », mais aussi compenser les destructions de la guerre, tout en offrant aux Lyonnais et Villeurbannais de meilleures conditions de logement et donc de vie, dans la démarche beveridgienne de l’après-guerre. Si à Lyon, la fin du mandat du maire Édouard Herriot correspond à une phase d’immobilisme en termes de politique publique municipale, le terrible hiver 1954 qui voit l’abbé Pierre faire appel aux pouvoirs publics pour répondre à la pénurie de logement, amène la ville de Lyon à fonder la SACVL (Société anonyme de construction de la ville de Lyon) qui devient un acteur de premier plan dans le domaine du logement social.

Source_tout_pano_duchere_b

photographie © Archives municipales de Lyon

Avec l’élection de Louis Pradel en 1957, les grands ensembles, avec de nombreux logements sociaux, sortent de terre, à la Duchère par exemple, pour y loger les Pieds Noirs, mais a lieu aussi une politique de réhabilitation de logements anciens comme dans le Vieux Lyon. La fièvre constructrice touche surtout les banlieues lyonnaises au début des années 1960, comme à Vénissieux avec la création par la municipalité de la Sacoviv (Société anonyme de construction de la ville de Vénissieux). La mise en place de la Courly (Communauté urbaine de Lyon) à partir de 1969, puis du Grand Lyon, fait que les municipalités sont dessaisies de leurs compétences dans pas mal de domaines, dont celui du logement social, au profit de la Communauté urbaine. C’est alors que le rythme de construction de logements sociaux s’accélère pour résorber les bidonvilles encore
présents et répondre à la demande des populations immigrées, à une époque où la France et Lyon sont demandeurs de main d’œuvre, Trente Glorieuses obligent. Les ZUP fleurissent à Vénissieux-Minguettes, à Bron-Terraillon ou encore à Rillieux et Vaulx-en-Velin, pour ne citer que les plus importantes.

Démolition Barre 220- Plan large-

photographie © ville de Lyon

Rapidement les grands ensembles ayant montré leurs limites, la concentration de logements sociaux pouvant être une source de non-intégration des populations récemment arrivées, phénomène dénoncé au début des années 1980 aux Minguettes par « La marche des Beurs », voire une cause de violences urbaines et donc de nouvelles pathologies, les bailleurs sociaux, qu’ils soient privés ou publics, ont évolué dans leur approche du logement social.
Outre les démolitions pouvant être faites comme à la Duchère pour desserrer le maillage urbain et implanter un bâti plus fluide, les municipalités, dans le cadre de la loi SRU (Solidarité renouvellement urbain) qui impose un quota de 25% de logements sociaux par commune urbaine, veillent, dans les quartiers nouveaux, telle la Confluence à Lyon, à offrir du logement social en mixité résidentielle, c’est-à-dire qu’au lieu de confiner le logement social dans un seul lieu, on le repartit dans les nouvelles constructions où se mêlent accès à la propriété et logements locatifs, ce qui a pour but d’éviter la ségrégation et participe à mettre en place la ville nouvelle, celle du XXIe siècle, selon les vœux du maire de Lyon.

an&b_confluence_IMG_1598

photographie © Nicolas Salagnac

Bruno BENOIT, Professeur des Universités IEP de Lyon et LARHRA, Président de l’APHG (Association des professeurs d’Histoire et Géographie).

LOGEMENT SOCIAL DES HOMMES ET DU BÉTON POUR DES MÉDAILLES, de Jean-Pol DONNÉ

Les médailles concernant directement le logement social et son histoire demeurent étonnamment peu nombreuses en regard de l’importance que celui-ci occupe dans l’action des municipalités et parmi les attentes de beaucoup de leurs administrés. Cette plaquette gravée par Nicolas Salagnac pour le groupe Eiffage rappelle opportunément que, depuis plus d’un siècle, élus et bâtisseurs œuvrent pour la réalisation de ces logements. Elle nous donne l’occasion de présenter une galerie de portraits métalliques de quelques uns de ces hommes qui ont contribué à développer cet habitat populaire.

Aux origines du logement social

A Lyon le logement que nous appelons social trouve ses origines dans des initiatives privées. Dans la Numismatique, il apparaît pour la première fois sur une plaquette gravée par Jean Chorel en 1911 pour la Cité Rambaud édifiée après les inondations de 1856 qui avaient ravagé les quartiers de la rive gauche du Rhône et entraîné la destruction de plus de 700 maisons construites en pisé. L’abbé Camille Rambaud (1822-1902), figure marquante du catholicisme social lyonnais, fut dans les années 1890 à l’origine de deux autres ensembles de logements : la Cité de l’Industrie à Vaise et la Cité Lafayette aux Brotteaux. Son action reçut le soutien d’industriels venus de divers horizons religieux ou politiques. La plaquette le montre accueillant un couple de vieillards à la porte de la cité. Connu surtout comme sculpteur, Jean Chorel (1875-1946) est aussi l’auteur de médailles éditées entre 1911 et 1935. Élève de l’École des Beaux-Arts de Lyon, lauréat du Prix de Paris(1)  en 1898, il entre dans l’Atelier de Barrias à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris. Après quelques années passées dans la capitale, il revient s’installer à Villeurbanne dans le quartier du Tonkin. On lui doit de nombreuses sculptures monumentales comme la statue équestre de Jeanne d’Arc de la place Puvis de Chavannes.

A ab

La Cité Rambaud par Chorel, Bronze – 81 x 57 mm ; Laurent Bonnevay par Muller, Bronze dia. 80 mm ; Justin Godart par Chorel, Bronze – 90 x 62 mm. Photographies © Jean-Pol Donné.

L’idée de logements sociaux fait son chemin et de nombreux élus, soucieux de dégager des initiatives privées ou de l’emprise de l’Église, s’emparent de la question. Ainsi, Laurent Bonnevay (1870-1957), député du Rhône depuis 1902, fut en 1912 rapporteur de la loi qui porte son nom et qui est à l’origine des offices d’Habitations à bon marché financés par les municipalités ou les départements. Lui-même crée en 1920 l’Office d’HBM du Rhône, devenu depuis l’OPAC du Rhône. En 1950, une médaille lui est offerte pour célébrer sa longue carrière politique commencée au Conseil municipal de Lyon en 1900. Œuvre de Louis Muller (1902-1957), elle témoigne du talent de portraitiste de cet artiste né à Vénissieux. Élève de l’École des Beaux-Arts de Lyon, lauréat du Prix de Paris il est admis à l’École de Paris. Sous la direction de Patey, puis de Dropsy, il obtient le premier grand Prix de Rome de gravure en médailles en 1932. A son retour de la Villa Médicis, il s’installe à Paris et remporte de nombreuses commandes officielles ou privées. Pour donner plus de puissance à ses portraits, Muller a toujours refusé le polissage de ses médailles qui conservent les traces du modelage soulignées par la patine. Il réalisa de nombreuses médailles à l’effigie de personnalités de sa région natale. Ainsi, lui doit-t-on, celles de l’architecte-urbaniste du quartier des États-Unis, Tony Garnier et Antoine Charial (1885-1965) qui créa en 1919, avec l’aide d’Édouard Herriot, la coopérative ouvrière L’AVENIR. Cette société participa largement à l’édification de logements sociaux, dont ceux des États-Unis. En 1992, devenu l’une des principales entreprises de la région, L’AVENIR fut repris par FOUGEROLLE avant sa fusion, l’année suivante, avec la SAE qui permit la naissance d’EIFFAGE. Le revers de cette médaille associe outils de maçon et réalisations de L’AVENIR (l’Hôtel des Postes de Lyon et l’Hôtel de Ville de Villeurbanne) et la façade de l’Hôtel-Dieu qui rappelle que Charial participait activement à l’administration des Hospices civils de Lyon.

Charial D ab

Tony Garnier par Muller, Bronze – face, dia. 68 mm ; Antoine Charial par Muller – face et revers Bronze – dia. 81 mm. Photographies © Jean-Pol Donné

Un autre lyonnais, Justin Godard (1871-1956), plus connu pour son action à la tête du Service de santé militaire pendant la guerre de 1914-18 ou en faveur de la condition ouvrière, a souvent attiré l’attention sur la question du logement. Une plaquette gravée par Jean Chorel lui fut offerte en 1930. Sur le plan artistique, elle témoigne de l’influence du style Art-déco avec sa composition sobre qui contraste avec celle des premières médailles de Chorel, comme celle de la Cité Rambaud. Elle montre aussi que ce sculpteur de formation maîtrise alors parfaitement l’art, si particulier, de la médaille.

Des maires bâtisseurs

En 1930, quelques mois après Godart, Édouard Herriot (1872-1957) reçut la première de la longue série des médailles à son effigie. Cette plaquette célèbre les 25 ans d’administration municipale du maire de Lyon. Elle est aussi la première médaille lyonnaise importante du Lyonnais Marcel Renard (1893-1974) alors installé à Paris, après une scolarité brillante aux Écoles des Beaux-Arts de Lyon et de Paris couronnée par un second grand Prix de Rome (1923). Dès 1925, il avait participé à la première exposition des médailleurs se plaçant résolument dans le courant Arts-déco dont il fut l’un des meilleurs représentants. 22 ans plus tard, c’est encore lui qui fut choisi par les Lyonnais pour graver cette médaille marquant le 80e anniversaire d’Herriot qui rend bien le contraste entre son visage massif et le regard pétillant que décrivaient ses interlocuteurs. Cet anniversaire donna aussi lieu à l’édition d’une médaille commandée par l’Assemblée nationale à Raymond Corbin. Entre temps, Louis Bertola (1891-1973) et Georges-Henri Prud’homme (1873-1947) avaient complété cette galerie des portraits d’Édouard Herriot.

Edouard Herriot (1930) par Renard, face et revers Bronze - 75 x 51 mm ; Edouard Herriot (1952) par Renard, face Bronze - dia. 80 mm ; Edouard Herriot par Corbin, face Bronze dia. 81 mm. Photographies © Jean-Pol Donné

Edouard Herriot (1930) par Renard, face et revers Bronze – 75 x 51 mm ; Edouard Herriot (1952) par Renard, face Bronze – dia. 80 mm ; Edouard Herriot par Corbin, face Bronze dia. 81 mm. Photographies © Jean-Pol Donné.

a_Pradel

Louis Pradel par Machet, Bronze dia. 59 mm ; Louis Pradel par Penin, Bronze dia. 64 mm. Photographies © Jean-Pol Donné

L’autre grand maire bâtisseur de Lyon, Louis Pradel (1906-1976), ne fut honoré par deux médailles qu’après sa mort. La première est l’œuvre de Charles Machet, le sculpteur du monument à la Résistance élevé à Cerdon. Cette réduction mécanique d’un médaillon en bas-relief (76 cm) modelé pour prendre place en hauteur dans la cour de l’Hôtel de ville fut diversement appréciée. Le Cercle Louis Pradel sollicita donc Paul Penin pour exécuter une autre médaille. Descendant d’une famille de médailleurs œuvrant à Lyon depuis 1830, Paul Penin (né en 1921), élève de Prost et de Bertola aux Beaux-Arts de Lyon, remporte le Prix de Paris avant d’être admis à l’École des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Dropsy. De retour à Lyon, il est souvent choisi pour inscrire dans le bronze le portrait de personnalités, en particulier du monde médical. Il s’attache à donner, sans abuser du relief, profondeur et vie aux portraits qu’il modèle. La médaille de Louis Pradel illustre bien ce parti-pris.

Des Gratte-ciel spectaculaires

Depuis leur construction les Gratte-ciel sont devenus l’emblème de Villeurbanne. On les retrouve, avec la spectaculaire perspective de l’avenue Henri-Barbusse ouverte sur l’Hôtel de ville sur la médaille de la Ville et celle, signée Chollat, du cinquantenaire de l’Office public des HLM (1969). En 1984, L’AVENIR fait frapper par la maison FIA une médaille non signée qui célèbre, à la fois, le cinquantenaire des Gratte-ciel, dont il a assuré la construction du gros œuvre, et le 65e anniversaire de sa création. Les grandes masses de l’ensemble sont alors évoquées à partir d’un point vue moins classique qui donne toute leur importance aux immeubles les plus hauts.

Office HLM Villeurbanne par Chollat, Bronze argenté dia. 50 mm ; Les 50 ans des Gratte-ciel de Villeurbanne (non signée), Bronze dia. 73 mm. Photographies © Jean-Pol Donné

Office HLM Villeurbanne par Chollat, Bronze argenté dia. 50 mm ; Les 50 ans des Gratte-ciel de Villeurbanne (non signée), Bronze dia. 73 mm. Photographies © Jean-Pol Donné

Toutes ces médailles éditées au fil des années, auxquelles vient aujourd’hui s’ajouter celle de Nicolas Salagnac, contribuent à rappeler que le logement social doit beaucoup à l’action d’hommes de notre région.

Jean-Pol DONNÉ, Président du Cercle lyonnais de Numismatique, Membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon

Création de la médaille 2014

Le choix précis du sujet porte un regard moderne sur le logement social qui a marqué et marque la ville de Lyon. Il ne s’agit pas simplement de mettre en avant le passé, mais à partir du passé, voir le présent et tendre vers l’avenir.

La première étape, est la mise au point d’une maquette dessinée. Pour cela, je me suis informé et documenté sur des architectures et les Maires principaux liés au sujet avec Dominique Gaudin, Arab Hassaoui, Bruno Benoît, et Jean-Pol Donné. Les motifs retenus sont les Maires : Victor Augagneur ; Lazare Goujon ; Edouard Herriot et Louis Pradel. En fond un dessin du quartier des Etats-Unis de Tony Garnier, Grand Prix de Rome en 1899 ; un détail des Gratte-ciel de Villeurbanne ; une vue de la Duchère réhabilité par l’architecte Castro et une vue de la Confluence avec le Monolithe…

La deuxième étape consiste à transposer le dessin en bas-relief, par une sculpture sur plâtre à l’échelle 3.

La troisième étape est la reproduction de cette sculpture sur la matrice en acier à l’aide du tour à réduire. Ici, la machine est indispensable, mais la gravure à cet instant reste timide et peu expressive. Le travail final se fait à la main avec des burins, onglettes, ciselets… Le tout suivi au microscope. Cette étape de finition est primordiale, le graveur donne alors son “coup de patte”.

photo - IMG_1576aTerminée, la matrice est signée et datée, elle est ensuite traitée thermiquement pour permettre l’édition par frappe des futures médailles.

L’édition des médailles est assurée par la Maison Pichard Balme à Saumur. La réalisation d’une médaille est le fruit du travail de plusieurs personnes. Merci à tous les artisans qui ont œuvré pour cette nouvelle création.

Graveur médailleur, au XXIème siécle.

Il y a plus de cinq cents ans, la première médaille française est frappée à Lyon, pour le passage de Louis XII et Anne de Bretagne. Ici l’art de la médaille a laissé un riche patrimoine.
Ici l’antique Lugdunum a fait vivre un atelier de frappe monétaire pour l’Empire Romain.
Ici la ville a vu des Maisons et des Hommes de renom qui ont œuvré pour le rayonnement de la médaille : Louis Muller graveur lyonnais, Grand Prix de Rome en 1932 ; la famille Penin, avec quatre générations de graveurs ; la famille A. Augis…
Installé ici, à Lyon depuis 1994, je suis fier de participer à pérénniser et à faire mieux connaître cet art de la médaille, devenu rare.

A  l’heure où un monde dirigé par la finance voudrait consacrer l’hyperconsommation et glorifier les nouvelles technologies pour promouvoir des œuvres standardisées et banalisées, je marque mes créations et je signe que seul l’homme est capable, par des gestes habiles et précis, d’inscrire une intention dans la matière, de susciter des émotions, de prolonger une sensibilité, une vision, un esprit, une âme.
Ma première commande officielle fut la médaille de la ville de Lyon (éd. la Monnaie de Paris, 2006), à la demande du Maire, Gérard Collomb.
Puis la médaille d’honneur pour la Villa Médicis, académie de France à Rome (éd. Arthus-Bertrand, 2008) à la demande de son directeur Frédéric Mitterrand. La médaille officielle du Président de la République française, Nicolas Sarkozy (éditeur Arthus-Bertrand, 2008).
Et dernièrement, sur concours la médaille officielle du Président du Sénat (éd. Monnaie de Paris, 2013).

De belles références dont je suis fier.

Eiffage Construction Centre-Est et Eiffage Construction Rhône, depuis 11 ans maintenant, me permettent de m’exprimer sur des sujets liés à l’image de marque de Lyon.

Merci pour cette confiance renouvelée.

Nicolas SALAGNAC, Graveur médailleur MOF 2000, créateur de la médaille.

REMERCIEMENTS

Le Maire de Lyon.
Bruno BENOIT, Professeur des Universités IEP de Lyon et LARHRA, Président de l’APHG (Association des professeurs d’Histoire et Géographie).
Jean-Pol DONNÉ, Président du Cercle lyonnais de Numismatique. Membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon
Pour les photographies : Jean-Pol Donné ; Frédéric Guignard-Perret pour le Ville de Lyon ; Les Archives Municipales de Lyon ; Le Musée Urbain Tony Garnier ; Matthieu Cellard et Nicolas Salagnac.
Aux artisans qui ont contribué au bon déroulement de cette création. La maison Pichard-Balme, éditeur de la médaille.
Michel Chenevat, directeur régional Eiffage Construction Centre Est et Dominique GAUDIN, directeur Eiffage Construction Rhône pour leur soutien.
Arab HASSAOUI et Thierry MONNIER, directeurs développement et commercial d’Eiffage Construction Rhône.