Nicolas Salagnac

Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Hospices Civils de Lyon – médaille n°2

Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Hospices Civils de Lyon – médaille n°2

Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Hospices Civils de Lyon – médaille n°2

Pour la treizième année, le groupe EIFFAGE me confie la création de la deuxième médaille du triptyque : le Grand Hôtel-Dieu de Lyon, des origines à la finalisation de ce grand projet de réhabilitation traité par EIFFAGE.

Médaille n°2 : Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Hospices civils de Lyon (1802 – 1920 – 2012). Médaille accompagnée d’un livret sur les origines de l’Hôtel-Dieu, textes de :
– Bruno Benoît, Professeur des Universités, IEP Lyon ; Membre du laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes ; Président national de l’association des professeurs d’Histoire et Géographie
– Jean-Pol Donné, Président du Cercle lyonnais de Numismatique. Membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon
– et Nicolas Salagnac – graveur médailleur MOF créateur de cette médaille.
Voir le lien vers le livret en fin d’article.

Médaille n°1 : Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Hospital du Pont du Rosne (1184-1478-1741). Médaille accompagnée d’un livret sur les origines de l’Hôtel-Dieu, textes de :
– Bruno Benoît, Professeur des Universités, IEP Lyon ; Membre du laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes ; Président national de l’association des professeurs d’Histoire et Géographie
– Jean-Pol Donné, Président du Cercle lyonnais de Numismatique. Membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon
– et Nicolas Salagnac – graveur médailleur MOF créateur de cette médaille.
Voir le lien article médaille n°1 : Hopital du Pont du Rosne.

La première étape est la mise au point d’une maquette dessinée.


La première médaille portait sur les origines de l’Hôtel-Dieu en tant qu’Hospital du Pont du Rosne.
Cette deuxième médaille présente la période des Hospices Civils de Lyon de l’Hôtel-Dieu (de 1802 à 2012), ce lieu de soins et de naissances pour de nombreux lyonnais. Les motifs retenus sont : une vue de l’Hôtel-Dieu avec un dôme en construction, on aperçoit la charpente. Une infirmière au dessus d’un berceau avec un enfant et son hochet.Un portrait issu de la médaille de Paul Richer (1919), du médecin Jules Courmont, dont le quai face à l’Hôtel-Dieu porte le nom. Les dates de 1802 – 1920 – 2012. Le titre : « Hospices Civils de Lyon ».
Et la troisième médaille dévoilera le Grand Hôtel-Dieu réhabilité.

La deuxième étape consiste à transposer le dessin en bas-relief sculpté à l’échelle 3.

La troisième étape est la réduction de cette sculpture sur la matrice en acier à l’aide d’un tour à réduire. Le travail final se fait à la main avec des burins, onglettes, ciselets… Le tout suivi au microscope. Cette étape de finition est primordiale ; le graveur donne alors son “coup de patte”.

 

Terminée, la matrice est signée et datée. Elle est traitée pour permettre l’édition par frappe des futures médailles. Cette étape est assurée par la Maison Pichard Balme à Saumur.

 

Lien vers le livret médaille n°2 : Grand Hôtel-Dieu de Lyon : Hospices Civils de Lyon 

ÉDITO EIFFAGE – 4
Michel CHENEVAT, directeur régional Eiffage Construction

ÉDITO MAIRE DE LYON – 6 à 7
Gérard COLLOMB, Sénateur-Maire de Lyon, Président de la Métropole de Lyon

L’HÔTEL-DIEU DE 1802 À 2012 – 8 à 27
Bruno BENOIT, Professeur émérite des Universités, Larhra

HÔTEL-DIEU, PROMENADE NUMISMATIQUE – 28 À 37
Jean-Pol DONNÉ, Président du Cercle lyonnais de Numismatique ; Membre de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon.

LA MÉDAILLE 2017 – GRAVEUR MÉDAILLEUR, À LYON – 38 à 41
Nicolas SALAGNAC, auteur de la médaille

REMERCIEMENTS – 42 à 43