Nicolas Salagnac

Vidéos de Nicolas Salagnac

Quelques films sur le métier de graveur médailleur.
Interviews de Nicolas Salagnac & suivi de son travail,
de ses créations, de son parcours et ses pièces pour le concours MOF…

Pierre Rodier – Graveur général des monnaies honoraire – parcours et techniques de gravure pour les médailles

Saint-Malo, le 31 Janvier 2018, Pierre Rodier m’ouvre ses portes et parle de son parcours et de son métier qui le conduisent comme graveur général des monnaies.
Merci pour ce partage et cet échange.
Film et montage Nicolas Salagnac, musique : Bensound.
A voir aussi : article rencontre Pierre Rodier.

Création d’une médaille pour honorer le cuisinier Jean-Louis Steffen

La Fraternelle des cuisiniers d’Alsace me confie la création d’une médaille pour honorer Jean-Louis Steffen, le 20 Mars 2018. Ici en quelques minutes, les étapes de cette création.
Merci.

100 ans des As de la Chasse, création d’une médaille de collection, 1917-2017

Création et gravure d’une médaille pour les « 100 ans des As de la chasse ». Avec Georges Guynemer, son Spad et les Rafales d’aujourd’hui, 100 ans de l’histoire de l’aviation, ici raconté.
 Merci à l’association des pilotes de la chasse, merci à Romain Béthoux de m’avoir soutenu pour cette création.

Ici un petit film qui retrace mes étapes de travail, mixé avec des images de chasse. Merci Julien pour les très belles images d’aviation d’hier et d’aujourd’hui (cela donne envie d’être dans le cockpit)…

Création Nicolas Salagnac, graveur médailleur MOF, à Lyon.
Article sur la remise des premières médailles.

B – Création médaille des Sénateurs 2017. Les matrices gravées.

« Made in Lyon », Nicolas Salagnac crée, sculpte et grave les matrices pour l’édition des nouvelles médailles de nos Sénateurs.

Suite à la création des sculptures de face et de revers (vue sur le film précédent : les sculptures).
Ces sculptures sont reproduites par réduction sur des matrices en acier par Arthus-Bertrand.

Un bloc d’acier (la matrice) est positionné sur un tour à réduire à gauche. Une empreinte de la sculpture est faite en résine, elle est donc à l’envers et en creux. Elle est fixée à droite. Un palpeur va suivre l’ensemble de la surface du modelé et reproduire les formes rencontrées sur le bloc d’acier avec un outil de coupe. Cette étape est longue et précise, il faut ébaucher dans un premier temps et terminer par « la passe de finition », pour graver les détails dans l’acier.

La gravure main des matrices en acier par Nicolas Salagnac

Fin Juillet 2017, Nicolas Salagnac récupère les deux matrices pour les retravailler.
C’est ici que le graveur vient supprimer toutes les traces du passage de la machine et les petites erreurs d’usinage, sur les matrices.
Cette étape se fait avec des burins frappés au marteau, des ciselets, des traçoirs, des mats… Le graveur médailleur redessine et souligne les lignes de force des motifs. Tout cela grâce à un microscope qui permet à l’œil de guider la main et l’outil, dans un petit cercle de 50mm2… Des zones sont polies, ciselées…

Ainsi, la lumière, future partenaire incontournable, viendra, par son passage, souligner les bas-reliefs, les détails et les douceurs de la future médaille.

C’est la finition main, le graveur donne ici son « coup de patte » et la vie à la future médaille.

Pour finir, l’édition des médailles par Arthus-Bertrand

Ainsi gravées, les matrices sont traitées thermiquement et deviennent utilisables par l’éditeur. En 2017, le Sénat confie l’édition de ses médailles  à la Maison Arthus-Bertrand, qui maîtrise depuis plus de deux siècles toutes les exigences et tous les secrets nécessaires à cet effet.
Les matrices positionnées sur une presse, vont marquer médaille par médaille des flans d’argent et de bronze. Après cette phase d’estampage, les médailles sont usinées au diamètre 50 mm, puis patinées. La finition par la patine apporte la touche finale à la médaille et met en valeur l’œuvre de l’artiste. Cette opération est restée dans la tradition artisanale car toutes les médailles sont reprises et finies à la main.
Ce n’est qu’à la fin de ce long processus, et en respectant toutes ces étapes que naît véritablement la médaille.

La médaille est ainsi un témoin durable tant par son esprit que par sa matière.

A – Création médaille des Sénateurs 2017. Les sculptures

« Made in Lyon », Nicolas Salagnac crée, sculpte et grave les matrices pour l’édition des nouvelles médailles de nos Sénateurs.

Le Sénat lance début 2017 un appel à projet pour la création de la nouvelle médaille des Sénateurs.
Première étape faire une proposition dessinée, avec comme consigne, diamètre 50 mm, face et revers, les devises : « Liberté, Egalité, Fraternité » et République Française ; un cartouche au revers pour les les noms des récipiendaires.
Deuxième étape, les sculptures. Ici montrer sur ce petit film.

Heureux et fier que mes projets aient été retenus par le Sénat. L’éditeur de la médaille sera Arthus-Bertrand – Paris.

Description de la médaille
L’avers :
Plaquées sur elle par le souffle bienveillant de la liberté, les couleurs de la France et de l’Europe habillent et dévoilent ici une Marianne aussi fière que moderne, aussi féminine que volontaire, aussi esthétique que dynamique… Dans l’élan d’un pas de danse qui sacre la paix comme notre bien si précieux. Vers encore plus d’égalité, de fraternité. Vers l’avant. Vive la vie.

Ces drapeaux sont marqués par leurs couleurs héraldiques : lignes horizontales pour le bleu ; le blanc reste vierge et des lignes verticales pour le rouge.
En fond la devise de la France marquée en creux : Liberté, Égalité, Fraternité et en relief République Française.

Mes inspirations : la Victoire de Samothrace ; la Liberté guidant le peuple de Delacroix ; et la Semeuse d’Oscar Roty (premier Grand Prix de Rome en 1875).

Le revers une vue des deux hémicycles du Sénat. En fond, sept statues de marbre entre huit colonnes représentent des grands législateurs et hommes d’État de l’Ancien Régime et de l’Empire (Turgot, Molé, d’Aguesseau, L’Hospital, Colbert, Malesherbes et Portalis).
Puis un rythme dynamique tracé par les pupitres stylisés des Sénateurs, le sigle du Sénat et un cartouche.

La nouvelle médaille du Sénat créée par un Lyonnais. France 3 Rhône-Alpes 19/20

Reportage passé sur le 19/20 Rhône-Alpes, le 8/9/2017.
Merci France 3 Rhône-Alpes – Silvie Boschiero, Thierry Swiderski.

C’est à Lyon, où fut frappée au XVème siècle la première médaille en France, que travaille Nicolas Salagnac, graveur-médailleur. Il a été choisi pour réaliser la médaille destinée aux prochains sénateurs. Cette décoration républicaine est un symbole de l’artisanat d’art français.
Une médaille frappée sera remise à chacun des 348 sénateurs qui seront élus le 24 septembre prochain. Une pièce exceptionnelle dont la création a été confiée à Nicolas Salagnac, graveur médailleur lyonnais, Meilleur Ouvrier de France en 2000 : son projet a été retenu au terme d’un appel à projet.

Formé à la gravure à l’école Boulle, le médailleur a installé son atelier à Villeurbanne. Il a déjà à son actif la médaille de la Villa Médicis, celle de la Ville de Lyon ou de la Présidence de la République de Nicolas Sarkozy.

Du modelage sur plâtre au test en plomb de la matrice (un moule gravé à l’envers et en creux), il a fallu des mois pour sculpter les deux faces de ce nouveau symbole de la République. Avec une Marianne habillée des drapeaux français et européen.

Les médailles du Sénat seront frappées dans les semaines qui viennent par la maison Arthus-Bertrand. L’artisan d’art, lui, a un rêve : réaliser des médailles olympiques…

Lien vers l’article sur France 3.

Création médaille des 500 ans de Martin Luther

La Fédération Protestante Française me confie la création de la médaille des 500 ans de Martin Luther (1483-1546). Diamètre 68 mm face et revers modelé.

 

Création de la médaille de mariage de Diana et Geoffrey

Création de la médaille de mariage de Diana et Geoffrey, médailles frappées en bronze, face et revers modelé, diamètre 70 mm.

France 3 – Un métier d’art rare, avec Nicolas Salagnac, graveur médailleur MOF à Lyon

Lundi 22 Mai 2017 sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes dans l’émission 9h50, Dolores Mazzola nous présente un métier d’art méconnu, celui de graveur médailleur.
Nicolas Salagnac est installé à Lyon, où fut frappé la première médaille française, il y a plus de 500 ans. Il est graveur médailleur et Meilleur Ouvrier de France en 2000. Il nous accueille dans son atelier à Villeurbanne pour nous faire partager sa passion et son métier aux compétences autant artistiques que techniques.
Merci aux équipes de France 3 et à Dolores Mazzola.

Création d’une matrice pour éditer une médaille de l’Union des Forgerons

Création d’une sculpture d’après une composition qui réunis un marteau pilon à planche et des nouvelles technologies pour forger des anneaux et des pièces de grandes qualités. Et cette nouvelle presse de 80 000 tonnes, d’une taille démesurée…
Avec cette sculpture, gravure d’une matrice acier pour la frappe de médailles diamètre 80 mm.
Merci Monsieur Jean-Léry LECORNIER, Président Directeur Général des Forgerons Unis.
Voir les archives